5 conseils incontournables pour bâtir des communautés fortes sur les réseaux sociaux

Salle comble au Sofitel Abidjan pour le lancement des Adicom Days dont le thème principal portait sur les communautés en ligne

Ces dix dernières années ont résolument changé notre mode de vie avec l’essor des réseaux sociaux et la naissance de communautés digitales autour d’entreprises, de marques ou encore d’idéologies. Comment bâtir des communautés fortes sur les réseaux sociaux ? C’était justement le principal axe de réflexion de la 3e édition des Adicom Days qui s’est tenue en mars dernier à Abidjan. On vous livre quelques conseils incontournables d’expertes sur le sujet.

Seynabou Thiam, Créatrice de la communauté Yaay

CRÉEZ UNE COMMUNAUTÉ POUR RÉPONDRE A UN BESOIN
La création d’une communauté digitale n’est pas un effet du hasard. Avant de vous lancer, il faut définir votre mission et vos objectifs. Mais le plus important reste votre motivation. Pour Seynabou Thiam, co-fondatrice de la communauté Yaay (qui signifie « maman » en wolof), le principal objectif d’une communauté est de résoudre un problème précis en apportant des solutions. Il ne faut jamais le perdre vue, peu importe l’orientation qu’on donne à cette communauté. « On a créé Yaay parce que ma meilleure amie était sur le point d’avoir sa première césarienne. Toutes les deux étions des digital mums. On a senti le besoin de se connecter à d’autres mamans au Sénégal – ce n’était pas une approche entrepreneuriale. Au départ, c’était pour se connecter avec notre entourage proche. Toucher du doigt un problème qui touche notre communauté».

Découvrez comment les nouvelles technologies impactent le quotidien des africains

Sarah Yakan, co-fondatrice Femme d’Influence

LE CONTENU D’UNE COMMUNAUTÉ RESSEMBLE À SES MEMBRES
La raison d’être de votre communauté répond à un besoin précis qui se décline en thématique. La question qu’il convient de se poser est de savoir ce qui intéresse la communauté que vous avez créée. Sarah Yakan, fondatrice du média Femme d’Influence, qui gère une communauté de plus de 2 millions de membres, nous livre un précieux secret. « Il faut savoir quels sont les sujets qui leur parlent le plus. Il ne faut pas se demander ce que les gens vont liker, mais ce qu’ils vont partager. Parce que c’est lorsque les gens partagent que vos chances se déploient.  La taille de la communauté importe peu au final. Il faut chérir ceux qui sont déjà là et se mettre à leur place. »
Vos prises de parole doivent être régulières, actualisées, convaincantes et utiles pour votre communauté. Il est également vital pour votre communauté de se diversifier sans se disperser. « Si on est une communauté de mères célibataires, il ne faut pas se transformer en communauté de vente » ; conseille Seynabou Thiam.
Un contenu qui ressemble aux membres d’une communauté suscite naturellement de l’engagement.

Celine Victoria Fotso, CEO Je Wanda Magazine

DONNEZ LE SENTIMENT AUX MEMBRES DE LA COMMUNAUTÉ QU’ILS ONT LE CONTRÔLE
C’est connu, il existe un mécanisme qui permet de payer de l’engagement sur les réseaux sociaux. Cependant, ce n’est pas ce que préconise Céline Victoria Fotso, CEO de Je Wanda Magazine : « évitez dans un premier temps d’aller sur des mécanismes payants. Il faut aller sur de l’organique pour connaître l’impact réel de votre contenu sur la communauté ».
Pour Mounia Tokpanou, Responsable Événementiel chez Air France Côte d’Ivoire, pour engager sa communauté, la bonne astuce est de « donner le sentiment à l’internaute qu’il a le contrôle ». Ce à quoi Seynabou ajoute qu’il faut «laisser les membres eux-mêmes parler de la communauté à des personnes que votre thématique touche ». Autre chose à prendre en compte : « toujours innover, parce que la concurrence est rude sur internet » nous dit  Céline Victoria !

 

 

Mounia Tokpanou, Responsable Evénementiel Air France CIV

CRÉEZ UN IMPACT SOCIAL
Bien que nous soyons dans le cadre du digital, les communautés qui se mettent en place ne doivent pas avoir pour vocation de s’isoler du monde réel. Il faut arriver à créer un véritable impact social dans le quotidien des membres de la communauté. « La première chose c’est apporter de la valeur utile au quotidien. Nous avons un concept dénommé “les Yaay à bord“. Le principe est simple : ce sont des stickers que chaque Yaay colle sur le pare-brise de sa voiture. Ainsi, quand des Yaay se rencontrent dans la circulation, elles se klaxonnent. C’est important de créer un lien physique. », nous explique Seynabou Thiam, qui a réussi avec la communauté Yaay à accompagner plus de 300 naissances aux Sénégal en six années d’existence.
Avec l’expérience de la campagne My Chic Africa, menée avec le groupe Accor, Mounia garde à l’esprit qu’il est seyant d’avoir pour socle « des valeurs que partage votre communauté » tout en associant – comme elle et son équipe l’ont fait, des influenceurs  qui partagent le quotidien de la communauté, mais en dehors des réseaux sociaux.

Korede-Odjo-Bella, DG déléguée Vibe Radio et Elle.CIV

MONÉTISEZ !
Eh oui ! La bonne gestion d’une communauté digitale constitue, à long terme, un business qui contribue à faire vivre  la communauté, l’entreprise ou la marque. Comment s’y prendre ?
Sarah de Femme d’influence augmente ses revenus grâce à la publicité, aux abonnements mensuels du magazine et aux formations qu’elle et son équipe offrent aux membres de la communauté. Notre Yaay de Dakar, Seynabou, monétise sa communauté par la vente de biens et services. Atelier, événements récréatifs, formations et gadgets, notamment : « nous mettons notre expertise à disposition des marques ou entreprises qui aimeraient créer leur communauté ».
Quant à Korédé Odjo-Bella, Directrice Générale Déléguée de Vibe Radio et Elle.ci, elle mise sur le développement de ses communautés pour attirer les annonceurs qui y ramènent de la publicité. Mais attention ! La publicité « doit correspondre aux besoins de la communauté, véhiculer un message et créer de l’interaction » ; affirme t-elle.

Une chose est certaine, il vous faudra vous armer de passion, de patience et d’innovation pour manager une communauté. N’ayez pas peur des critiques, elles vous permettent de vous surpasser. Pour terminer, n’oubliez pas que la meilleure manière d’apprendre, c’est de regarder les autres faire. Inspirez-vous de l’existant pour innover.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 35 = 41