Delphine Remy-Boutang : « Le numérique est une chance pour tous, mais en particulier pour les femmes »

 

A l’occasion de la Journée de la Femme Digitale qui démarre ce jour, nous avons interrogé Delphine Remy-Boutang qui est à la tête de l’initiative. Elle nous raconte la genèse du projet, ses ambitions, et son impact sur les femmes du continent.

Sept ans que vous organisez la journée de la femme digitale ? Quelles évolutions en sept ans ?
Le projet est né en 2013, d’un simple constat, qui était que le milieu des conférences autour du web et de la technologie était quand même très masculin. Le pari était de dire que le digital allait aider pour la parité mais sept ans plus tard ça n’est pas encore le cas malheureusement.
Aujourd’hui tous les secteurs sont impactés par la transformation digitale, certes ! Aujourd’hui plus que jamais, l’emploi et le numérique sont intimement liés. Le digital change le monde ! Mais alors que le nombre d’emplois dans le numérique ne cesse d’augmenter, le constat est sans appel : les femmes restent minoritaires dans ce secteur pourtant en pleine croissance ! A titre d’exemple, la France enregistre seulement 28% de femmes salariées en entreprise Tech et à peine 10% des startups sont dirigées ou codirigées par des femmes.
C’est pour ça que la Journée de la Femme Digitale existe et continue à exister : le numérique est une chance pour tous, mais en particulier pour les femmes. C’est une clé de l’égalité, autant que l’éducation, et ce sont des univers qui représentent tellement le monde de demain qu’il faut faire quelque chose aujourd’hui, maintenant. Trouver des ‘’role models’’ pour que les femmes se disent qu’elles peuvent, elles aussi, devenir entrepreneure, créer des start-ups dans l’univers digital ou être intrapreneure et apporter des projets au sein de grandes entreprises autour de transformations digitales. Depuis déjà 7 ans, la Journée de la Femme Digitale contribue à tendre vers plus de parité et d’égalité. Je reste persuadée que chacun, à son niveau, a le pouvoir de changer le monde et d’agir pour qu’il soit meilleur, plus juste et plus créatif. Les femmes que nous avons mises à l’honneur le 17 avril dernier, à la Maison de la Radio à Paris, et que mettons à l’honneur, aujourd’hui et demain au Pullman Dakar Teranga, au Sénégal, écrivent le futur, agissent pour une société numérique inclusive, forment aux grands enjeux à venir, innovent pour une meilleure qualité de vie, créent les métiers de demain et inspirent le monde.

Venez rencontrer d’autres femmes africaines active sur le digital le 5 Juillet 2019 lors de notre prochain inspir’talk

Lauréates de l’édition parisienne de la Journée de la Femme Digitale en Avril dernier

La journée de la femme digitale se délocalise sur le continent africain. Pourquoi Dakar ?
L’Afrique est le 1er continent de l’entrepreneuriat féminin où les femmes produisent près de 65 % des biens du continent. La digitalisation à grande vitesse et la démocratisation des nouvelles formes de technologie ont permis aux sociétés africaines d’être les mieux placées au niveau mondial en termes de leadership féminin et de parité ou encore de renforcer la visibilité des femmes dans divers secteurs d’activité plus rapidement. Des femmes incroyables ont investi la scène Tech comme Arielle Kitio (Caysti), au Cameroun, Nafissatou Diouf (SenVitale) au Sénégal, Christelle N’Cho Assirou (ICTINA) en Côte d’Ivoire ou encore Safia Mahamat Youssouf (Sahel Green Hub) au Tchad, pour ne citer qu’elles.Au Sénégal, qui accueillera notre première édition en Afrique, les femmes constituent 30% de l’écosystème numérique me confiait Fatim Niang Niox, Directrice Executive de Jokkolabs, alors qu’en France elles ne représentent que 10% dans le digital. Le pays dispose d’un vivier d’initiatives transformant la société en profondeur stimulant l’entrepreneuriat et l’innovation. Le Sénégal multiplie les incubateurs et les fonds d’investissement pour permettre aux startups de se développer avec un objectif ambitieux d’atteindre 35 000 emplois directs dans le domaine des nouvelles technologies d’ici 2025.
Dakar en particulier est une ville en pleine effervescence, elle représente un modèle pour de nombreuses métropoles d’Afrique. Soham El Wardini, la maire de Dakar, nous fait l’honneur d’être là et c’est significatif. Première femme Maire de Dakar, elle est aux avant-postes du projet « Dakar Ville Numérique ». Elle nous ouvrira également les portes du FODEM, fonds de développement et de solidarité municipale, le 14 juin à l’occasion de la JFD Learning Expedition. Ce fonds a été créé dans le but de promouvoir et soutenir particulièrement les jeunes et les femmes dans le développement de projets générateurs de revenus en finançant des micro-crédits. Ousmane Thiongane, le conseiller au numérique du Président de la République du Sénégal, Macky Sall, nous a témoigné de sa grande joie de nous accueillir.  Il salue toutes les initiatives qui tendent à souligner les efforts et à renforcer la représentativité des femmes dans le secteur du numérique. La parité et la transformation numérique font partie des priorités du gouvernement. Enfin, je tiens à souligner que la JDF est un évènement entièrement gratuit. Cela répond à notre volonté forte de proposer une manifestation ouverte à tous qui favorise les échanges et la mixité. D’ailleurs, l’intérêt pour les nouvelles technologies est tel à Dakar que nous sommes heureux de vous annoncer que nous sommes complets ! Nous avons donc mis en place un live streaming sur notre site www.lajourneedelafemmedigitale.com pour que le plus grand nombre puisse suivre les interventions.

Découvrez comment les nouvelles technologies changent les usages sur le continent 

L’édition parisienne de la Journée de la Femme Digitale en Avril dernier

Microsoft, IBM, L’Oréal, la banque mondiale, Sopra Banking Software et bien d’autres grands noms sont à l’affiche de cette édition. Outre les débats et les activités de ces deux jours, quelles sont les actions mises en place pour permettre les collaborations entre ces géants et les entrepreneures africaines ?
Nous sommes un facilitateur dans la mise en relation des grands groupes avec ces startups : par exemple, Arielle Kitio, qui travaille avec Orange au Cameroun, n’avait pas de lien avec Orange-Sonatel au Sénégal. Nous avons bâti ce pont et aujourd’hui Arielle est en contact avec les équipes au Sénégal pour organiser des sessions de formations de coding auprès de jeunes filles.
L’un des temps fort va être la JFD Learning Expedition organisée avec Orange-Sonatel partenaire officiel de la #JFD19 qui va permettre de faire découvrir l’écosystème numérique sénégalais et son dynamisme incroyable. Au programme de cette journée, une plongée au cœur de l’écosystème tech sénégalais, ponctuée par la visite de plusieurs structures clés du secteur : la Sonatel Academy, première école de codage gratuite du Sénégal, Jokkolabs, premier espace de travail collaboratif de l’Afrique de l’Ouest, le LAB Innovation de la Société Générale, le CTIC, un des incubateurs les plus performants de la sous-région suivi de la plateforme Kinaya, mais aussi le FESTIC, association de femmes dans les TICs, la Maison de la PME by Société Générale et le FODEM, fonds de développement de solidarité municipale pour la promotion et le soutien des jeunes et les femmes entrepreneurs innovants.

5 femmes vous donnent 5 conseils pour bâtir des communautés fortes sur les réseaux sociaux 

Quel constat faites-vous sur la place des femmes dans le digital en Afrique ?
Le constat est enthousiasmant ! Comme je le disais plus haut, en Afrique les femmes sont le moteur de cette révolution numérique. Rokhaya Solange Ndir, Chef de Département Responsabilité Sociétale d’Entreprise et Partenariats Orange – Sonatel, Fatim Niang Niox, Directrice Executive Jokkolabs, Virginie Dias-Tagnon, Talent Director Africa, L’Oréal, Kany N’Diaye, Consultante fonctionnelle Core Banking, Sopra Banking Software, Rebecca Enonchong, fondatrice d’Apps Tech… sont toutes des ‘’roles makers’’ et nous avons beaucoup à partager. Les innovations africaines pourraient suggérer au monde d’autres transitions possibles. Nous avons pour ambition, au travers de cette journée, de mettre en réseau ces femmes leaders africaines et européennes pour ouvrir la voie vers un futur où les femmes seront des personnalités qui compteront et feront la différence

Comment permettre aux femmes de prendre la place qu’elles méritent dans le digital ?
L’une des réponses est sans aucun doute de créer une communauté forte de femmes qui osent, innovent, entreprennent grâce au digital et qui susciteront des vocations chez d’autres femmes. Depuis 7 ans, avec La Journée de la Femme Digitale, nous sommes persuadés que chacun a le pouvoir de changer le monde. L’heure est donc à l’unité face à cet objectif qui dépasse les frontières. Ensemble, nous pourrons adresser efficacement les grands enjeux de demain.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 1 = 1