TOURISME : ENTRE LA JEUNESSE DE L’AFRIQUE CENTRALE ET LA SAGESSE DE L’AFRIQUE DE L’OUEST

The Gourmet Discovery

La fibre de l‘aventure, l’amour de leur continent et la folie entrepreneuriale qui les guident se manifestent certes différemment mais toujours avec la même intensité. Les frères Béni et Delhaye MAYSSEL PAUBATH du Congo avaient besoin de promouvoir la « destination Congo » qui, pour eux, n‘était pas assez mise en avant. La fibre patriotique va les pousser à recenser et recommander les bons coins du Congo (restaurants, événements et sites touristiques). Après la recommandation et l’exploration, il était temps de passer à l’accompagnement. Ils décident de se mettre dans les basquettes de guides touristiques en 2021, portés cette fois par la fibre entrepreneuriale, en mettant sur pied l’agence touristique Le Guide du Congo. À 18 et 21 ans, la fratrie a compris qu’il est primordial de miser sur une immersion totale dans la culture congolaise et l’écotourisme tout en apportant un plus aux populations locales. « Nous proposons une expérience unique qui permet à nos clients de se connecter à la nature, à la culture donc à l’âme du Congo tout en respectant et protégeant la nature. Dans la mesure du possible, nous essayons d’apporter des gains aux populations locales », selon Beni Mayssel. Même avec une clientèle constituée à 95% d’étrangers, ils croient à un tourisme intérieur dans le futur et mise sur la diaspora africaine qui de plus en plus, veut découvrir ou redécouvrir ses origines ; « L’Afrique n’a pas encore montré tout son potentiel, je pense que c’est un secteur qui est amené à se développer davantage et connaître un boom dans les années à venir. On voit en ce moment la diaspora qui revient en Afrique, se reconnecter à la terre mère, à ses origines ; cela va fortement redynamiser le secteur » soutient le plus jeune de la fratrie.

Peut-être, faudrait-il mieux inculquer l’amour et l’envie de découvrir et connaître le chez soi aux africains dès le bas âge ? C’est en tout cas la mission que s’est donné Jordan AMBANG avec son agence touristique The Gourmet Discovery. L’ingénieur camerounais de 24 ans n’a pas souhaité avoir une carrière classique. Porté par le goût de l’aventure, il décide de s’orienter dans le tourisme. De ses souvenirs d’enfantce, il ressentait le besoin d’un service de qualité, d’exploration de lieux inédits et surtout de susciter le même engouement chez les autres notamment, les plus jeunes. Le programme éducatif Travel and Learn porté par son agence de tourisme a été conçu en parfaite adéquation avec les programmes officiels d’Histoire, Géographie et de l’Éducation à la citoyenneté de l’enseignement secondaire au Cameroun. Il est question d’amener les étudiants à sortir de l’abstrait pour le concret, et surtout, les amener à aimer et valoriser leur héritage culturel, leurs avoirs naturels et s’imprégner de leurs origines. The Gourmet Discovery vient également résoudre un problème majeur auquel font face les communes : l’aménagement des sites touristiques. Jordan se sert de sa formation en ingénierie afin d’accompagner les communes dans la valorisation et l’entretien de leurs espaces touristiques en adéquation avec leurs stratégies de développement touristique autocentré. Mais dans un pays où la population peine encore à assurer ses besoins élémentaires, il est difficile pour le tourisme local de se développer ; « Lorsqu’une seule compagnie aérienne dessert un pays, c’est assez pénible. L’accès aux sites n’est pas des plus simple. Aussi, le tourisme n’est pas encore ancré dans la culture camerounaise. Nous sommes dans un pays où les besoins primaires tels que manger ou se vêtir sont encore la priorité ; et même ceux qui ont les moyens de se payer ce luxe ne sont  pas assez orienté local » déplore Jordan Ambang. Il félicite cependant la diaspora camerounaise qui constitue la principale clientèle à 45% suivie des étrangers et des locaux qui ne représentent malheureusement que 20%. Il termine en disant qu’une forte demande locale est, selon lui, la clef pour le développement du secteur tout en incitant les institutions à s’investir davantage dans la valorisation et l’accompagnement du secteur pour que l’Afrique devienne la destination première des africains. Le service proposé doit être de qualité et les infrastructures aux standards des normes internationales si l’on souhaite se positionner sur la scène internationale.

Azalaï Hotel Cotonou

La caravane hotellière d’Afrique de l’Ouest

Cet aspect des choses, un homme l’avait compris il y a trois décennies. Il avait remarqué le manque d’établissements hôteliers de qualité capable de rivaliser avec les hôtels européens.  De plus, la majorité de ces établissements implantés en Afrique et répondant aux normes internationales étaient gérer par des étrangers ou l’Etat dans le meilleur des cas. Comment marier le luxe à la culture africaine et répondre aux standards internationaux? Le malien d’origine nigérien Mossadeck BALLY a trouvé la formule en 1994 au Mali, lorsqu’il a acquis et réinventé le plus emblématique établissement hôtelier du pays. À ce jour, le groupe AZALAI (caravane de sel en langue locale nigérienne) compte 9 établissements dans 6 pays d’Afrique de l’Ouest les uns aussi impressionnant que les autres. Il est à ce jour l’un des rares africains à compter parmi les puissants du secteur en Afrique. Une des preuves qu’il a réussi à dynamiser la « destination Afrique », est sa clientèle, composée de personnalités politiques et people internationaux qui ont séjournés dans ces établissements devenant ainsi à leur tour, des sujets touristiques.  À 61 ans, il continue d’œuvrer et d’appeler à une réinvention des africains pour un meilleur écho international. Mais la crise sanitaire de 2020 lui a fait comprendre qu’il est plus qu’urgent pour les africains de consommer local ; Encore faut-il avoir les moyens de ses envies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 − 12 =