LES TONTINES DE L’IMMOBILIER : « une alternative qui permettrait à tous, qu’importe les revenus de se bâtir un patrimoine immobilier »

La tontine immobilière est un puissant levier de développement inclusif et participatif sur lequel la diaspora camerounaise et africaine a décidé de miser en addition des mesures prises par leurs différents États afin de relever le continent dans ce secteur. La dernière en date a été lancée le 21 octobre à Paris par le groupe conseil en investissement immobilier Uriel.

La tontine immobilière est le fait de se mettre ensemble pour acquérir ou bâtir un bien immobilier.

On entend parler pour la première fois de la tontine  immobilière au XVIIe siècle avec l’italien Lorenzo Tonti. Le concept connaît moins de succès en Europe mais trouve un écho retentissant dans la société africaine ou du moins de sa diaspora. L’africain est un habitué des tontines en tout genre et promeut les valeurs sociales de solidarité, d’entraide, de partage, d’échange. Naturellement, lorsque le boom en zone urbaine provoque la surpopulation et le manque d’accès au logement, les africains vont trouver la solution dans leur tradition en y apportant cependant une touche de modernité.

C’est la diaspora camerounaise du Canada qui réinvente ce concept avec le Groupe d’Action pour la Solidarité et le Développement (GASD). Mais le concept reste assez restreint ne concernant que leur territoire de résidence avec pour objectif d’aider à l’acquisition un logement décent. Quelques initiatives du même genre voient le jour telles Bridge Properties et Tontine Plus avec toutes une restriction géographique. Pourtant, la diaspora est un levier capital dans le développement d’un pays. Pour ce qui est de l’Afrique, elle a un potentiel infini tant sur le plan technique, intellectuel que financier et est un pion majeur dans l’échiquier du développement immobilier. C’est fort de cette conclusion que les pouvoirs publics locaux ont entrepris de nombreuses résolutions (Cas du Cameroun en particulier) appuyées par des initiatives collectives et privées de la diaspora afin de favoriser l’investissement de cette dernière dans son pays d’origine.

Selon une étude du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) réalisée en 2017, la diaspora camerounaise a rapporté au Cameroun, 185 milliards de F CFA. Lors du Forum organisé par le Réseau des parlementaires Diaspora coopération décentralisée et transfrontalière en Juillet 2021, le Directeur général de la Société immobilière du Cameroun (Sic) affirmait que ses chiffres étaient inférieurs à la réalité. En ce qui concerne le secteur immobilier et foncier au Cameroun, la diaspora souffre de son ignorance des procédures. Parmi les solutions initiées afin de leur faciliter l’investissement dans l’immobilier, le Crédit Foncier du Cameroun (CFC) avait plaidé pour un rehaussement du plafond de la contribution pour la diaspora de 7,1% (soit 1, 2 milliards de Francs CFA) à 15%.

La MAETUR quant à elle avait plaidée pour « la réservation d’un ensemble de parcelles pour la diaspora…; la création de lotissements spécifiques pour la diaspora  en fonction de la demande des groupes organisés, l’accompagnement des membres de la diaspora dans la sécurisation juridique de leurs terrains acquis soit auprès de la MAETUR, soit auprès des tiers, le partenariat avec des entrepreneurs de la diaspora pour le développement des projets divers au Cameroun, la réactivation des représentations de la MAETUR … ; etc.»

Alors que de telles initiatives sont lancées au pays afin de faciliter l’investissement de la diaspora dans l‘immobilier, il se trouve que cette dernière fait face à d’autres difficultés cette fois financières. Pour y remédier, une camerounaise résidente en France a décidé de faire bouger les lignes dans ce domaine en repensant le concept de la tontine immobilière. Avec sa boite de conseil et d’accompagnement en investissement immobiliers basée en France et exclusivement dédiée aux ressortissants de la Diaspora Africaine et Afro-caribéenne lancé en 2017., Mireille LE BOULER créée Uriel Group suite aux difficultés qu’elle rencontre en souhaitant se procurer un bien immobilier dans son pays et, de savoir que c’était le lot de toute la diaspora afro-caribéenne, c’était une évidence pour elle.

Mireille Le Bouler
Mireille Le Bouler

Ayant constaté que les procédures et l’accessibilité ne constituaient que la face visible du manque d’investissements de la diaspora dans ce secteur et que l’investissement immobilier est un privilège des personnes financièrement aisées ; le groupe a entrepris de trouver une alternative qui permettrait à tous, qu’importe les revenus de se bâtir un patrimoine immobilier tant en France que dans leurs pays d’origines. La solution de financement de projets immobiliers clé en main pour les membres des diasporas africaine et afro-caribéenne dans leurs pays d’origine et de résidences a été présentée au public le 21 octobre 2022 à Paris.

On distingue à cet effet trois types de tontines immobilières :

  • La tontine immobilière de soutien

Vous souhaitez acquérir ou bâtir un bien dans votre pays de résidence ou d’origine mais ne disposez pas de la somme nécessaire, pas la peine de faire un prêt bancaire pour les raisons que nous connaissons tous. Vous entrez en association avec des personnes qui peuvent vous fournir la somme nécessaire et vous remboursez dans un temps donné selon vos capacités financières. Ne dit-on pas chez nous qu’une seule main n’attache pas un fagot ?

  • La tontine immobilière de copropriété ou copossession

Vous vous joignez à d’autres personnes pour acquérir ou bâtir un bien immobilier et partagez les parts selon l’investissement de chacun.  Pourquoi attendre d’être millionnaire dans 10 ans pour avoir un immeuble quand on peut s’associer à 10 personnes maintenant, construire cet immeuble et être propriétaire d’un appartement ?

  • La tontine immobilière de sécurisation

Ici, se trouvent les bâtisseurs. Cette catégorie interpelle ceux qui, sans souci de logement et à la recherche de projets d’investissements, vont placer leur argent dans des projets immobiliers et ainsi fructifier leur argent.

Pour plus d’informations sur les modalités de participation et d’inscription, bien vouloir visiter le site www.lestontinesdelimmo.com

More from Nadia Ed
TOURISME : ENTRE LA JEUNESSE DE L’AFRIQUE CENTRALE ET LA SAGESSE DE L’AFRIQUE DE L’OUEST
La fibre de l‘aventure, l’amour de leur continent et la folie entrepreneuriale...
Read More
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

82 + = 87