AFRICAN PUZZLE : « NOUS DEVONS LAISSER EN HÉRITAGE UNE SOLUTION NUMÉRIQUE UTILE AUX GÉNÉRATIONS À VENIR »

BAMS et Renée Clément Gauth

BAMS et Renée Clément Gauthe

C’est l’aboutissement du combat de deux camerounaises vivant en France et engagées pour l’autonomisation économique de l’Afrique. C’est encore la concrétisation de leur conviction quant à l’inclusion des minorités dans le développement économique d’une nation. C’est enfin, le projet de deux femmes qui voient en la digitalisation un processus incontournable dans la croissance des pays en développement. African Puzzle Works est une application créée par BAMS et Renée Clément Gauthe et dont la plus-value est la digitalisation de la gestion de la relation client et des commandes des artisans africains.

Lorsque Joss ROVELAS présentait BAMS à Renée Clément il y a 7 ans, il était loin de s’imaginer qu’il venait de compléter les deux éléments du puzzle qui viendraient résoudre le casse-tête des artisans africains. Deux profils atypiques, différents à bien des égards mais que la passion commune pour l’entrepreneuriat et le désir de participer à l’inclusion financière et à l’autonomisation des minorités a réuni pour le plus grand plaisir des artisans. À la question de savoir comment le projet est né et pourquoi le secteur artisanal principalement, Renée répond : « Nous avons échangé sur les moyens d’actions concrets que nous pouvions avoir pour contribuer à l’essor économique des afro descendants de manière générale et entre autres nous avons évoqué une expérience que nous avons toutes deux vécues chez un artisan et le projet est né de ces observations. »

Lire aussi: Mareme MBAYE « Au Cameroun, à travers la maison de la PME, plus de 600 chefs d’entreprise ont été formés et coachés en 3 ans »

BAMS et Renée Clément Gauthe
Pendant trois ans, elles vont s’investir dans la mise sur pied d’une solution digitale qui transformera le secteur informel en Afrique convaincu de ce que : « La digitalisation de tous les secteurs de l’activité économique est aujourd’hui une condition de survie ». Elle poursuit en expliquant que : « La complexité du secteur informel fait que sa définition est floue, c’est le secteur dominant en Afrique, représentant plus de 80% de l’économie africaine, et même jusqu’à 90% dans certains pays, l’artisanat est l’une des industries phares du secteur informel. Cette numérisation du secteur, en plus d’accroître l’efficacité économique, permet aux pays d’accélérer le processus de formalisation. Nos talentueux entrepreneurs manquent cruellement d’outils digitaux adaptés pour les assister dans la gestion de leurs affaires, de leurs commandes clients, de leurs gestions clients. Ils n’ont pas de catalogue digital par exemple ou peu de solutions adaptées pour suivre leur chiffre d’affaires. Non seulement notre application vient résoudre l’ensemble de ces problématiques mais elle les soulage aussi d’un important devoir de mémorisation. »

Face à la concurrence accrue de nouvelles applications facilitant la mise en relation entre les artisans et les clients, elle rassure qu’African Puzzle fait bien plus ça « La valeur ajoutée de notre application mobile tient sur le fait qu’elle permet à l’ensemble de ces acteurs/entrepreneurs du secteur informel en particulier de mieux travailler, de gagner en efficacité, de gagner du temps. Nous nous plaçons au début de la chaîne de production, en avant de la chaine de valeur. Premièrement, nous les outillons, les équipons pour qu’ils soient compétitifs et produisent mieux. Ensuite, nous soutenons leurs activités commerciales en leur donnant de la visibilité à un niveau national et/ou international et en permettant à des clients connectés partout dans le monde d’accéder à leurs vitrines digitales. Et nous irons plus loin encore, mais je ne veux pas trop en dire, nous évoquons déjà notre feuille de route là.

Lire aussi: Naomi Dinamona « Mon objectif est de créer la première chaîne de restauration pour enfants en Afrique »

afrika puzzlz works
Nos potentiels concurrents se positionnent la plupart du temps à la fin du processus de production, c’est-à-dire, sur les aspects E-Commerce, Fintech ou comptabilité. Notre valeur ajoutée est aussi la facilité d’utilisation de notre solution digitale. Il existe des solutions digitales sophistiquées mais peu adaptées à notre marché. N’oublions pas que la majorité de ces acteurs de l’informel sont peu lettrés ! Et ça c’est également notre force, la SIMPLICITE ».

L’application test a été lancée en Janvier 2022. À ce jour, plus de 3000 personnes réparties entre la Côte d’Ivoire (pays le plus représenté), le Sénégal et le Togo ont utilisé l’application. 85% de ces utilisateurs passent en moyenne 30 minutes sur l’application par jour, ce qui est très prometteur quant on sait que la majorité de ces personnes sont peu lettrées. Avec l’aide des mentors, des entrepreneurs aguerris tels que Stanislas ZEZE, des pouvoirs publics et des retours des utilisateurs, Renée et BAMS peaufinent l’application et espèrent mettre la version officielle sur le marché à la fin de cette année. En attendant, elles poursuivent leur rêve devenu une mission : « Finaliser de construire une « super app » qui va délivrer de multiples services et devenir un géant innovant des solutions digitales adaptées à nos réalités/besoins concrets sur le continent et ailleurs
Nous devons laisser en héritage une solution numérique utile aux générations à venir. Lever des fonds, le coup d’accélérateur pour tout entrepreneur, créer un fonds d’investissement important qui soutiendra financièrement nos entrepreneurs innovants où qu’ils soient dans le monde tant qu’ils œuvrent en faveur du développement économique et de l’éducation… » .

Pour soutenir l’initiative rendez-vous sur : www.africanpuzzle.com, nous sommes présents sur l’ensemble des réseaux sociaux !

Ceux qui le souhaitent peuvent me contacter à renee@africanpuzzle.com

More from Nadia Ed
DOSSIER : LES PROMOTEURS DE LA « DESTINATION AFRIQUE ».
En 2018, l’Afrique était le deuxième continent le plus visité derrière l’Asie...
Read More
Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

24 − 22 =