Judith YAH SUNDAY épse ACHIDI: « TRAVAILLER AVEC ACHARNEMENT. TRAVAILLER AVEC RIGUEUR ET ABNÉGATION »

Judith YAH ACHIDI - Directrice Générale CAMTEL

S’il fallait une photo pour illustrer le mot « rigueur » dans le dictionnaire, le Larousse prendrait surement la sienne. Réservée, mais déterminée, Judith ACHIDI est la seule femme Directeur Général d’une entreprise publique de première catégorie au Cameroun. Elle est d’ailleurs la première femme à occuper ce poste au sein de la Cameroon Télécommunications (CAMTEL), l’opérateur public de téléphonie du Cameroun. Réforme, dette, lancement de nouvelles offres, stratégie, Judith ACHIDI, peu présente dans les médias, a accepté de répondre à nos questions avec le plus de précisions possibles.    

Vous travaillez au sein de CAMTEL depuis plus de 24 ans. Pensiez-vous à l’époque que vous seriez la première femme Directeur Générale de l’une des trois sociétés parapubliques les plus importantes du Cameroun ?

Il y a un adage qui dit que les voies de Dieu sont insondables. J’ai été recrutée à INTELCAM –devenue CAMTEL en juin 1999 suite à sa fusion avec la Direction des Télécommunications du Ministère des Postes & Télécommunications – en avril 1994 comme cadre supérieur. Lorsque je débute cette merveilleuse aventure il y a plus de 24 ans en effet, ma pensée est plus tournée vers l’opportunité qui m’est offerte de bâtir un nouveau modèle d’apprentissage et de performance personnelle pour ma carrière, mais surtout pour le succès et la performance continue de cette entreprise de télécommunications. Occuper le poste de Directeur Général de CAMTEL, l’une des plus prestigieuses et emblématiques sociétés parapubliques du pays, je n’y pensais pas. Mais, comme d’autres cadres supérieurs de CAMTEL, mon vécu en entreprise me prédisposait à cette haute fonction dont je mesure aujourd’hui l’ampleur. Merci au Seigneur qui a bien voulu que cela arrive et au Président de la République qui a mis sa confiance en ma modeste personne. CAMTEL, comme vous le savez, est l’opérateur historique et national des télécommunications au Cameroun. Notre richesse infrastructurelle est importante mais l’entreprise n’a pas toujours été suffisamment productrice malgré son potentiel. Aujourd’hui nous nous y attelons avec l’appui des pouvoirs publics.  

Vous entamez votre troisième année à la tête de CAMTEL. Saviez-vous le 14 décembre 2018, lors de votre nomination, que le chemin serait semé de tant d’embuches ?

Je suis effectivement à l’aube de ma troisième année cumulant très exactement 2 ans et quatre (04) mois. Ayant hérité d’une entreprise dont la situation globale était préoccupante, l’état des lieux réalisé à l’entame de notre mandat avait permis d’en établir les forces, et surtout les faiblesses structurelles, particulièrement importantes, nous faisant effectivement prendre conscience de la difficulté de la tâche qui nous attendait à laquelle se sont ajoutées des influences et forces externes de tout genre. Ces faiblesses étaient aussi des facteurs de motivation supplémentaire. Je savais donc déjà, du fait de mon expérience antérieure dans l’entreprise que ça n’allait pas être une partie de plaisir, ce qu’a confirmé le diagnostic sus évoqué.  Toutefois, notre ferme engagement de mériter la confiance du Chef de l’Etat placée en ma modeste personne et de contribuer au redressement de CAMTEL, cette entreprise particulièrement chère à ses nombreux employés afin de lui permettre la place de choix qui lui revient est un sérieux boost pour moi . Un adage populaire ne dit-il pas que « A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire ? ». A la fin de toute chose c’est la victoire qui compte. Celle-ci est d’autant plus appréciée que les obstacles sont importants. Le chemin reste encore long, mais nous avons une vision et une stratégie fondées sur deux piliers importants pour la modernisation de l’entreprise à savoir « Customer centricity » et « Change Management ». Ce sont là les fils conducteurs de nos actions pour faire de CAMTEL le fleuron de l’économie numérique au Cameroun.  Avec l’appui constant du Gouvernement et notre engagement pour des lendemains meilleurs, nous y arriverons sans aucun doute.

CAMTEL est en cours de restructuration. Pourquoi était-ce indispensable ?

Restructuration au sens des pouvoirs publics, je ne dirai pas, je n’ai pas reçu ce mandat. Réforme oui.  Ayant longtemps opéré en marge des dispositions réglementaires en vigueur dans son secteur d’activités, il était indispensable pour CAMTEL de se mettre en totale conformité avec le cadre réglementaire. La démarche adoptée par le Gouvernement, qui détient 100% du capital social de l’entreprise, a été d’attribuer à l’entreprise, au vu des résultats encourageants réalisés par la nouvelle équipe dirigeante et des textes en vigueur, trois (03) concessions d’exploitation de réseaux de communications électroniques dans les domaines Fixe, Mobile et Transport. Ces concessions sont assorties d’une prescription majeure, à savoir la mise en œuvre d’un nouveau schéma de développement de l’entreprise dénommé Continuum Organisationnel Ouvert consistant à la mise en place des Unités d’affaires ou Business Units, en fonction de chacun des titres d’exploitation attribués. Ces entités, qui ont été mises en place depuis le 21 août 2020 par le Conseil d’Administration de CAMTEL sont actuellement en cours de rodage, et prennent progressivement la main sur les activités relevant de leur périmètre de compétence, en s’appuyant sur une Administration de Groupe comprenant des fonctions et services mutualisés.

Mais je voudrai revenir sur le terme restructuration, depuis mon arrivée nous vivons une véritable restructuration interne, les mentalités des personnels doivent changer, évoluer dans le sens d’une meilleure considération et prise en charge des clients, les processus sont davantage surveillés et maîtrisés. Avec la démarche qualité engagée en l’entame de notre mandat, le modèle managérial a lui-même été modifié et est dorénavant orienté client, c’est donc une restructuration progressive et implicite qui vise à mener CAMTEL vers l’excellence. Je tiens à rappeler que cette révolution qui fait progressivement sa mue a valu à l’entreprise d’être certifiée ISO 9001/2015 pour son activité Wholesale, gérée par la Business Unit Transport. Des dispositions sont prises : d’une part pour l’extension aux autres segments que sont le Mobile et le Fixe et d’autre part pour la conservation de ce label qui promeut l’amélioration continue et la satisfaction de la clientèle. Nous envisageons de faire de CAMTEL un modèle dans son domaine d’activités.

Obtention de la licence de téléphonie mobile, confortation de l’exploitation de la téléphonie fixe en Afrique (qui avait expiré en 2007), titre d’exploitation pour le transport de la fibre. C’est le trio gagnant. Quel est votre secret ?

L’obtention de ces titres couronne les efforts entrepris depuis le début du millénaire par mes prédécesseurs, et poursuivis avec le succès que l’on connaît par l’équipe actuelle sans oublier le soutien fondamental de l’administration et l’engagement de nos tutelles. En effet, c’est aussi un succès du Gouvernement camerounais à travers le Ministère des Postes et Télécommunications. Il n’y a pas de secret particulier en dehors du travail, du travail et du travail ; de l’engagement, de l’engagement et encore de l’engagement ; de l’endurance, de l’endurance et toujours de l’endurance ajouté à cela, un travail d’équipe. Il faut bien savoir là où l’on est, vers où l’on va et comment on y arrive. Être entourée de personnes compétentes et engagées et être soutenu par les pouvoirs publics sont des facteurs-clés de succès.

En 2018, selon l’ART, vous aviez 18,43% de parts de marché. Est-ce que Blue est la solution magique pour rattraper vos concurrents ?

Comme vous le savez, les produits du mobile se caractérisant par leur faculté de commercialisation rapide (relativement à ceux du fixe notamment). Le lancement officiel de nos activités du réseau mobile tant attendu par les Camerounais ouvrira la porte au recrutement massif de clients et permettra l’augmentation significative de parts de marché. Pour y arriver, nous avons savamment pensé Blue. Nous avons pensé BLUE avec nos cœurs, celui des camerounais. Derrière Blue, il y a tout un dispositif organisationnel de nos services et un cadre nouveau d’apprentissage de notre façon de penser, de nous comporter, de conduire le changement et d’agir face à la concurrence, aux shareholders[1], aux stakeholders[2] et surtout face aux clients de la CAMTEL. Toutes les dispositions sont prises pour son grand succès, les camerounais vont s’y reconnaitre et  s’y identifier. Maintenant les réalités du marché peuvent être toutes autres. Nous allons y faire face, nous allons augmenter nos parts et nous en avons les moyens. Bien loin d’une « solution magique », voilà la solution pratique et pragmatique que nous apportons aux besoins de notre marché. Wait and see.

Les offres Blue et Fako sont désormais sur le marché, quelles sont vos priorités ?

N’ayant pas encore atteint leur vitesse de croisière, la priorité actuelle est le lancement officiel de Blue, qui va faciliter la mobilisation des ressources indispensables au développement du réseau et au respect des exigences du cahier de charge.

Blue est pour nous une marque à part entière créée par CAMTEL, et nous avons une vision : lancer la marque la plus digitale, smart[3] et simple de toute l’industrie de la téléphonie mobile, avec les forfaits tout-en-un les plus économiques et innovants du marché. C’est notre priorité centrale. Fako, qui est une gamme de produits dédiée aux forfaits internet only, laissera progressivement la place à la marque Blue, qui grandira et élargira son portefeuille produit.

Les tarifs de vos offres sont les plus bas du marché, confirmez-vous qu’il s’agit d’une stratégie assumée afin d’augmenter vos parts de marché ? Si oui n’est ce pas faire de la concurrence déloyale ?

Les prix pratiqués par tout opérateur devant être agréés au préalable par le Régulateur (ART), il n’y a aucune concurrence déloyale de la part de CAMTEL.

Le marché mobile offrant des solutions data, voix et SMS, notre approche est d’être plus compétitif que la concurrence sur la data, sachant  que cette dernière pratique des offres plus agressives sur la voix et le SMS. Nous allons sur une approche priorisant le tout-en-un, incluant voix, SMS et data, avec des avantages inédits au Cameroun et dans la sous-région. Nous ne pensons pas, à ce titre, faire de la concurrence déloyale, nous avons choisi notre angle stratégique. De plus, chaque opérateur connaît une structure des coûts qui lui est propre, aussi bien qu’un plan sur le court, moyen et long-terme.

La suite à lire dans votre magazine ci-après


[1] Actionnaires

[2] Parties prenantes

[3] Intelligente


 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 + 2 =