OVAMBA – LA PLATEFORME D’ASSISTANCE AUX PETITES ENTREPRISES AFRICAINES

Viola Llewellyn, co-founder et CEO de Ovamba

Assister les petites et moyennes entreprises africaines à croître dans un environnement africain ouvert aux financements d’investisseurs internationaux, c’est la mission que s’est assignée OVAMBA à sa création en 2013 aux Etats-Unis, par Viola Llewellyn et Marvin Cole. Présente aux « Inspir’Talks » d’Inspire Afrika le 21 juin dernier, Viola Llewellyn est revenue en quelques minutes sur les grands défis de la plateforme qu’elle dirige.

Relever ensemble les défis des PME en Afrique

Les défis que doivent relever les PME africaines sont importants. En effet, les PME, qui représentent plus de 90% du tissu économique du continent sont confrontées à l’inaccessibilité de financements fiables, abordables et surtout rapides, pour leur croissance. C’est plus de 80% de ces PME qui n’a pas accès au crédit nécessaire.
Un fossé qu’Ovamba, grâce à la technologie mobile, s’attèle à combler en faisant en sorte que ces PME obtiennent des financements d’investisseurs internationaux (Grande Bretagne, Japon, Etas-Unis, etc).
En 2014, Ovamba a attiré des investissements importants de la société britannique GLI Finance. C’est au Cameroun, pays à économie composée essentiellement de PME, que le modèle proposé par Ovamba a fait ses preuves. Deux années plus tard, en 2016, Ovamba attire des investissements d’autres plateformes telles que Crowdcrédit – société d’investissement japonaise lui permettant ainsi de s’étendre au nord du Nigeria et en Afrique du sud. Une aubaine qui fait profiter aussi bien les PME que les investisseurs. Et lorsque chacun en a pour son compte, le développement est pour ainsi dire inéluctable.

Des chiffres rassurants

Ovamba est présente en Afrique du Sud, en Afrique Centrale et en Afrique de l’Ouest. La plateforme d’investissement contribue efficacement à la croissance des petites et moyennes entreprises qui font confiance à leur solution qui allie technologie et financement. En cinq années d’existence sur le continent, Ovamba a cumulé 16.000 transactions et produit près de 115 millions d’euros de chiffres. Une ascension qui a attiré le géant du logiciel américain, Microsoft.

Lisez aussi Familov, une solution d’aide domestique pour les familles sur le continent

Un modèle taillé sur mesure pour l’Afrique

Pour Viola Llewellyn et Marvin Cole, la réussite de leur entreprise repose sur leur compréhension du continent africain et des besoins des chefs d’entreprises. Les PME ont besoin de rapidité, de fiabilité et d’importantes sommes d’argents que parfois les banques ne peuvent leur concéder. Surtout, l’Afrique a besoin d’adapter ses normes locales et son savoir-faire local aux meilleures pratiques mondiales d’investissement et de croissance. Cette combinaison complexe, Ovamba l’a réussi avec brio en vue d’améliorer les procédures d’investissement en Afrique.

S’imposer pour faire intégrer la notion de « fintech » en Afrique

Invitée des Inspir’Talks du 21 Juin dernier, Viola Llewellyn est revenue sur les défis auxquels la FinTech qu’elle a co-fondée doit faire face pour son développement.
Elle confie que le premier défi de la plateforme est lié à la difficulté de mettre en place leur solution – services d’échanges entre les sociétés dans le domaine de la vente et de l’importation de produits agricoles.
Il est également important pour Ovamba de sortir du fonctionnement classique des banques traditionnelles pour accueillir des financements pour des sociétés à travers la plateforme.

Par-dessus tout, l’entreprise travaille à faire intégrer la notion de FinTech à ses clients africains qui croient que la plateforme est une banque alors que « nous ne sommes pas une banque » ; précise Viola Llewellyn. Bien plus qu’une banque, Ovamba offre à ses clients un service d’e-commerce, de logistique et de solutions d’entreposage, accès aux services financiers et au coaching d’affaires. Pour poser les bases de leur solution et répondre aux besoins de leurs clients, Ovamba s’est investie dans la collecte des données grâce à des équipes locales « ce qui nous a permis de construire un algorithme d’intelligence artificielle. Après nous avons cartographié tous les groupes et communautés qui existent au Cameroun » ; affirme la CEO.

Lisez aussi: Société Générale, au service de l’innovation bancaire

Ainsi, cette implication acharnée dans l’innovation de la finance en Afrique a permis à Ovamba de figurer dans la sélection du Forum Économique Mondial (World Economic Forum) des 61 pionniers technologiques les plus prometteurs au monde en 2018.

Notons que la plateforme Ovamba offre à ses clients la possibilité d’analyser le risque en temps réel en Afrique. On peut le dire, les PME du continent ont trouvé la clé du sésame avec Ovamba.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 + 3 =