MAISON CHÂTEAU ROUGE : L’AFRIQUE IMPRIMÉE DANS LE LIFESTYLE EUROPEEN

Youssouf Fofana dans la boutique Maison Chateau Rouge, rue rue myrha à Paris.

A l’initiative des frères Youssouf et Mamadou Fofana, Maison Château Rouge a vu le jour en 2014 dans le quartier du XVIIIe arrondissement de Paris duquel elle tient son nom. L’ambition de cette marque aux influences africaines, est de promouvoir l’artisanat et ainsi  participer au développement des petites entreprises établies en Afrique.

Maison Château Rouge s’inscrit dans la continuité du projet associatif Les Oiseaux Migrateurs, initié en 2012 par les frères Fofana. On notera d’ailleurs sur certaines pièces de la marque, des imprimés reflétant des hirondelles et symbolisant les fameux oiseaux. L’association se mobilise pour contribuer de manière collaborative au développement des TPE et PME sur le continent. Dans ce contexte, la marque Maison Château Rouge permet de soutenir financièrement les projets couverts par l’association, grâce aux bénéfices qu’elle génère.
Le rôle joué par la structure dans le développement de l’économie locale intervient  au niveau de l’exportation de produits locaux finis. En effet, la majorité des produits exportés par les pays africains ne sont pas transformés. Or, comme le dit Mamadou Fofana «  exporter ses ressources naturelles sans les transformer, c’est en réalité exporter sa richesse et ses emplois ». En favorisant la collaboration entre diverses entreprises locales, Les Oiseaux Migrateurs ont pour ambition d’augmenter l’exportation de produits finis dans plusieurs domaines : l’agro-alimentaire, la mode et l’artisanat. Leur premier projet, Bana-Bana, en est l’illustration. Il s’agit d’une boisson à base de fleur d’hibiscus (bissap), entièrement produite au Sénégal, de la cueillette des fleurs à la transformation en passant par l’embouteillage. Le fait de produire à 100% sur le continent assure aux producteurs une meilleure rémunération et une plus forte compétitivité sur le marché international.

Au Bénin, Sarah Codjo fabrique des vêtements d’exception pour toutes les corpulences

Les relations entre la marque, le quartier Château Rouge et ses commerçants ne sont  pas anodines. La présence de l’enseigne dans  ce quartier populaire, est par-dessus tout l’occasion pour les fondateurs d’en véhiculer une image positive, mettant ainsi en avant sa diversité culturelle et sa beauté. Youssouf Fofana a déclaré dans une interview avec Monoprix : « Je pense que passer par la mode pour véhiculer un message est  quelque chose d’essentiel sachant que cela touche tout le monde ».
Fortement inspirée par un héritage africain, Maison Château Rouge cherche à valoriser un emblème de la mode africaine : le wax.  Communément appelé « tissu africain » et initialement inspiré du batik Indonésien du fait de sa technique de fabrication, le wax, tissu de luxe au départ, boudé en Occident, se popularise sur le continent pour devenir  par la suite le symbole de la mode africaine, grâce notamment à ces emblématiques femmes d’affaires togolaises qu’on appelait les Nana Benz. Les Nana Benz, de part leur sens du business, ont été les premières a commercialiser le tissu en Afrique.

Cette market-place vend des marques africaines et génère des millions d’euros

 

Maison Château Rouge  s’inspire par ailleurs d’un look et d’un lifestyle très urbains. Ce mélange afro-européen est le fruit d’une identité basée sur ces deux cultures, et témoigne de la volonté de créer une passerelle entre ces deux univers afin de les rapprocher. Cette volonté conduit la marque à des collaborations inédites. D’abord avec l’entreprise de grande distribution Monoprix en Avril 2018. Vêtements pour hommes et femmes, vaisselle, tabourets, ou encore coussins ont jonché les rayons Prêt-à-porter et Maison de l’enseigne pendant plusieurs mois. La collection a été un franc succès. Quelques mois plus tard, la jeune marque est donc contactée par La Redoute pour une autre collection capsule vendue elle, courant l’été 2019 aux Galeries Lafayette, propriétaires de La Redoute depuis 2017. Au-delà des collaborations, ces alliances soulignent le début d’une dynamique différente entre Afrique et Occident. Youssouf Fofana parle même de « réinventer les liens entre les deux continents ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 8 = 2