CINEWAX, UN NOUVEAU SOUFFLE POUR LE CINEMA SÉNÉGALAIS

Une partie de l'équipe Cinewax

De nombreux pays en Afrique souffrent d’un manque d’infrastructures liées au cinéma. Le Sénégal n’est pas en reste. Le pays compte aujourd’hui moins de 5 salles de cinémas[1], contre une centaine dans les années 60. Né en Novembre 2014, le projet Cinéwax compte répondre à ce problème en créant non pas des salles de cinémas, mais des cinéclubs dans plusieurs quartiers du pays, en commençant par la ville de Dakar. Un réseau solidaire et innovant, qui permettra aussi de réaliser un pont culturel entre les pays, à travers le cinéma et la culture en général. Tout ceci pour la modique somme de 500 francs (0,76 centimes d’euros).
C’est dans la bonne humeur que nous avons rencontré Jean, Marion, Marie-France, Dulcie, Corentin et Grégoire, quelques membres de l’association qui ont bien voulu répondre à nos questions.

 Bonjour la team Cinéwax ! Comment vous est venue l’idée de créer des cinéclubs au Sénégal ?

Marion : Cinéwax a été créé par Jean Fall, qui est un jeune franco-sénégalais cinéphile et très attaché à son pays (rires). Au cours de ses multiples voyages au Sénégal, il a été frappé par l’absence des salles de cinéma, rendant l’accès à la culture cinématographique quasiment impossible pour les jeunes. Parallèlement, il a aussi constaté que les quartiers au Sénégal étaient de véritables lieux de cohésion, voire d’appartenance. De là lui est venu l’idée de créer un cinéclub de quartier qui permettrait aux gens de se réunir de consommer le cinéma.

[1] Cinéwax.org

Lire l’article entier en page 32

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *