ACCORHOTELS VEUT QUE LES AFRICAINS SOIENT LES AMBASSADEURS DE LEURS PROPRES VILLES

Si vous avez vécu sur la planète voyage/tourisme/lifestyle entre 2017 et 2018, vous avez sans doute vu passer la campagne social média MyChicAfrica, lancée par Air France et AccorHotels. Après un passage à Abidjan puis à Dakar et un bel engouement sur les réseaux sociaux, le groupe Accor décide de rajouter du piment à l’aventure en lançant un média lifestyle et 100% Africain, au nom de … MyChicAfrica. MyChicAfrica le média, se veut être un lieu de créativité, de découvertes, de culture, de tendances, et of course, de voyage ! Mais avant de vous laisser plonger dans l’univers fascinant de « L’African way of life », on revient sur la genèse du projet, et la campagne social média, qui continuera en parallèle. Souleymane Khol, VP Sales Marketing Distribution & Revenue Management for Africa & Indian Ocean de AccorHotels, a répondu à nos questions.

La campagne MyChicAfrica a démarré en juin 2017. Quel en est le principe et quels en sont les objectifs ?
Le principe de MyChicAfrica est simple : un influenceur africain invite, dans sa ville de résidence, un autre influenceur de la diaspora à vivre une expérience du voyage sur-mesure et ainsi, découvrir l’Afrique de la manière la plus inédite qui soit. Mais j’aimerais revenir en premier lieu sur la genèse de MyChicAfrica, sur le contexte et les conditions qui ont permis à cette idée de germer.
Ces 15 dernières années, la forte croissance économique a produit des changements visibles dans toute l’Afrique. Nous assistons à une digitalisation accrue de l’économie et de la société : le taux de pénétration d’internet dans les ménages est en hausse continue (atteignant les 435M d’utilisateurs +20% depuis janvier 2017). Le nombre impressionnant de 350 millions d’utilisateurs africains de smartphones témoigne également de ces bouleversements (taux de pénétration de 28%, envisagé à 68% en 2020). Par ailleurs, toute personne qui se rend dans des villes africaines, ne peut que remarquer l’émergence d’une classe moyenne (1/3 africains). Cette classe moyenne est optimiste, elle croit en un avenir meilleur, a envie de consommer, de voyager et souhaite qu’on s’adresse à elle de manière différente.
Avec une forte présence en Afrique, respectivement depuis bientôt 80 ans et 45 ans, les Groupes Air France et AccorHotels contribuent au développement économique et social des pays dans lesquels ils sont. Nous avons historiquement cherché à montrer une Afrique inspirante, qui sorte des clichés et des sentiers battus.
MyChicAfrica est née ainsi : de l’alliance de deux grands acteurs du monde du voyage, légitimes pour défendre une ambition commune, celle promouvoir une Afrique trendy, audacieuse et « chic » à travers sa culture, sa gastronomie, son art et ses talents !

Scheena Donia découvre le Dakar de Faada Freddy !

Quel message souhaitez – vous véhiculer à travers cette campagne ?
Le groupe AccorHotels veille depuis bientôt 45 ans à véhiculer une image originale de l’Afrique. En tant qu’acteur économique de premier plan sur le continent nous avons un devoir et un rôle à tenir, celui de promoteur de la destination Afrique auprès des clients internationaux mais également et surtout auprès de nos clients africains. MyChicAfrica s’inscrit dans la vision du Groupe et illustre parfaitement notre mission première : faire en sorte que chacun se sente accueilli – Feel Welcome. Mais, il y a aussi cette idée que l’Afrique est un continent qui regorge de talents cachés que notre projet aidera à faire connaître au plus grand nombre.

Pourquoi avoir décidé de miser sur des influenceurs ?
Aujourd’hui, afin de faire évoluer les opinions, susciter des réactions, faire passer des messages ciblés, il faut nécessairement passer par le digital. C’est d’autant plus vrai quand, comme nous, vous cherchez à vous adresser à la fois à la clientèle domestique, à la diaspora et aux touristes internationaux. Le digital est naturellement le terrain de jeu et l’outil de travail favori et maîtrisés des influenceurs qui utilisent les réseaux sociaux pour interagir avec leurs publics. Ils disposent d’une grande force de frappe, ils ont le pouvoir de faire évoluer les mentalités et c’est en ça qu’ils constituent un axe central du projet MyChicAfrica.

Les influenceurs nous influencent-ils vraiment ?

Scheena Donia découvre le Dakar de Faada Freddy

Vous avez travaillé avec Dycosh, Loza Maléombho, Scheena Donia et Faada Freddy. Pourquoi précisément ces choix ? Qu’est-ce que vous attendez des influenceurs que vous sélectionnez ?
Dycosh, Loza Maléombho, Scheena Donia ou encore Faada Feddy, sont tous des jeunes artistes qui ont une forte présence sur les réseaux sociaux. Mais au-delà du nombre de followers, ils incarnent cette Afrique tendance et dynamique que nous avons envie de valoriser. Ils cristallisent la jeunesse, l’audace, la créativité, toutes les valeurs que nous souhaitons véhiculer.

On dit que les Africains connaissent mal leur propre continent et y voyagent peu. Est-ce que MyChicAfrica est aussi une manière de promouvoir la destination Afrique auprès des locaux ?

C’est vrai, les Africains connaissent mal leur propre continent mais jusqu’il y a peu le déficit en terme d’infrastructures de transport et d’accueil rendait le voyage intercontinental complexe. Peu de liaisons entre destinations/régions africaines, des coûts de billets d’avion exorbitants… Un vol Dakar-Paris était plus simple à réaliser et moins couteux qu’un Dakar-Nairobi.
Le potentiel touristique du continent est énorme mais il faut lever les nombreux freins, développer les infrastructures touristiques et logistiques et surtout changer les perceptions du voyage en Afrique. Bien heureusement, les choses évoluent. Il y a davantage de dessertes et de flux aériens intra et inter pays. Les compagnies offrent toujours plus de choix en terme de villes et pays africains desservis – il suffit de voir la percée de la Royal Air Maroc en Afrique Subsaharienne. Les conséquences sont visibles comme en attestent nos chiffres sur la fréquentions de nos établissements en Afrique, représentée aux 2/3 par des clients africains. Enfin, il faut mettre l’accent sur la promotion de ces destinations. Tous les acteurs du tourisme ont un rôle à jouer. Nous souhaitons, à travers MyChicAfrica, séduire les touristes internationaux en leur faisant découvrir les faces cachées de l’Afrique mais nous visons effectivement à véhiculer un message important auprès des locaux pour les encourager à mieux connaître les richesses de leur ville et à voyager sur le continent. Que les Africains soient les ambassadeurs de leurs propres villes est le meilleur moyen de valoriser ces dernières.

Découvrez Amal et Anass Yakine : nomades digitaux, voyageurs professionnels 🙂

Quel bilan faites-vous depuis le début de la campagne MyChicAfrica ?

Les internautes ont utilisé le hashtag #MyChicAbidjan plus de 380 fois et le #MyChicDakar plus de 340 fois sur Instagram. Le hashtag #MyChicAfrica devient également prisé par les voyageurs africains avec plus de 2 214 publications. En globalité, la portée de la campagne s’élève aujourd’hui à plus de 14 000 000 personnes uniques atteintes dont 560 000 personnes engagées avec notre contenu. Si l’étape #MyChicAbidjan a rencontré un grand succès, l’étape Dakar a été plus engageante avec taux d’engagement de 8%. MyChicDakar a su capitaliser sur la visibilité de MyChicAbidjan, démontrant ainsi le potentiel d’une forte communauté MyChicAfrica.

Après Abidjan pour la première édition, vous avez mis Dakar à l’honneur. Quelle sera la prochaine destination de MyChicAfrica ? Qui sera le guide et qui sera l’invité ?

La prochaine escale de MyChicAfrica se déroulera à Casablanca suivi d’un road trip sur les destinations phares du Maroc. Par la suite MyChicAfrica nous permettra de découvrir Nairobi, Johannesburg ou encore Accra.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

88 − = 80