IMANE AYISSI PRÉSENTE LA RICHESSE DE L’AFRIQUE À LA FASHION WEEK PARISIENNE

Pour la première fois depuis sa création, un styliste d’Afrique subsaharienne intègre le calendrier officiel de la prestigieuse semaine de la mode française. Imane Ayissi, c’est l’image de la résilience ; Cette sélection représente le couronnement de 19 années de travail et de production de créations de qualité. Loin du wax, Imane utilise des tissus teintés, du kente ou même de l’Obom (écorce d’arbre). Il fait la part belle aux textiles africains. Sa collection s’appelle « Akouma » qui signifie « richesse » en langue beti de son pays d’origine, le Cameroun. Le créateur est attaché à son patrimoine et chacune de ses collections raconte une histoire. Il bouscule les stéréotypes en amenant une nouvelle image de ce qu’est la mode africaine.

L’ancien mannequin ne cache pas son émotion mais surtout sa fierté de voir l’Afrique à la une et portée par des africains. Distribuée dans les concept stores aux quatre coins du monde, les boubous et les kimonos d’Imane se sont imposés et se sont affichés partout. On a récemment vu Angela Bassett, Zendaya ou Aïssa Maiga arborant du made by Imane.

Lire aussi: L’industrie de la mode, booster de l’économie africaine?

Issue d’une famille aux multiples talents, avec un papa boxeur et une maman, reine de beauté, Imane est né dans le moule qui fait des stars. Son histoire n’en est pas moins spectaculaire. Autodidacte, il danse avec ses frères et sœurs, danse avec Yannick Noah au ballet national et joue même le rôle de premier danseur dans une interprétation d’un opéra de Bizet au théâtre de Compiègne. Mannequin, il a défilé pour les plus grands, de Lanvin à Dior. Imane, qui a très tôt arrêté les études, a écrit deux livres à succès.

Lire aussi: Maison Château Rouge, l’Afrique imprimée dans le lifestyle européen

La fédération de la haute couture ouvre une porte pour les créateurs subsahariens. En attendant que les fashion weeks africaines grandissent et réunissent le monde sur le continent, Imane s’apprête aujourd’hui à nous raconter une nouvelle page de la mode africaine mais surtout de son histoire, l’histoire d’un fonceur qui n’a jamais rien lâché.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

16 + = 25