SOYEZ INFORMELS !

Ted Boulou et un prototype de tablette Somtou. Source: Twitter

En rentrant s’installer en Afrique et en analysant les besoins sur place, Ted Boulou, ingénieur polytechnicien, a eu l’idée de créer Somtou. C’est un logiciel qui permet aux travailleurs du secteur informel et aux petits commerces de gérer leurs finances. Il comprend une console solaire avec un écran tactile, un lecteur de codes à barres et une échelle mécanique connectée, capable d’enregistrer tous les différents types de transactions qui s’effectuent dans un petit commerce. Ainsi, ce dispositif s’adresse à un grande partie de la population africaine (et d’ailleurs) qui vit de métiers non déclarés.

Pouvez-vous vous présenter en quelques lignes pour nos lecteurs ?
Bonjour, je suis Boulou, un (plus très) jeune homme de 28 ans. Je suis né et j’ai grandi au Cameroun. Un peu geek, un peu créatif, un peu révolutionnaire mais surtout allergique aux injustices, j’essaie d’apporter ma pierre à la construction d’un monde plus normal.

Comment vous est venue l’idée de Somtou ?
Je suis un tricheur. Depuis que je suis au collège, ma plus grande force est de comprendre les idées des gens mieux qu’eux-mêmes et de finir par leur expliquer ce qu’ils pensaient. Somtou vient du cerveau dérangé de mon grand frère qui a une idée par semaine. Et parmi elles c’est elle qui me parlait le plus car elle touchait à la base.

Quel a été votre plus gros challenge depuis que vous vous êtes lancé dans l’entrepreunariat ?
Le plus gros challenge, c’est celui de ne pas avoir le droit de douter, en face de sa famille, de sa partenaire, de ses « collègues ». Car en réalité, ils vivent l’aventure encore plus intensément que moi. Quand nous rencontrons un souci, je dois tout de suite en leur exposant le problème, leur exposer une solution et ne montrer aucun signe de doute. Paradoxalement, c’est en voulant qu’ils ne doutent jamais, que je suis en permanence en train d’innover, de contourner les problèmes, d’avancer.

Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui veut entreprendre en Afrique ?
Malheureusement, nous, africains, avons été tellement marqués que nous avons souvent tendance à célébrer les demi-victoires. Si avoir le courage de se lancer est une bonne chose, il y a de l’entrepreunariat qui n’est pas bon pour l’Afrique et le monde. Nous avons la responsabilité de faire les choses autrement, de construire des entreprises qui voient plus loin que le profit personnel et court-termiste. Nous avons aussi et surtout le devoir de créer des entreprises qui résolvent des problèmes. J’avoue avoir peur d’une certaine diaspora qui rentre avec les dents qui rayent le parquet, juste pour devenir les rois en exploitant leurs « frères ».
Mais la bonne nouvelle c’est que le secteur informel est la dernière frontière. Et le secteur informel ne fait pas confiance à n’importe qui.
Alors rentrez en Afrique, marchez dans les rues, allez au marché, regardez l’Afrique qui se bat et aidez-la. Elle vous le rendra bien.

Somtou-Modeling-4_co6ene

Exemple de Tablette Somtou

Où sont fabriquées les tablettes Somtou ?
Presque totalement au Sénégal. Nous utilisons du bois du Sénégal pour la coque, nous sommes en train de tester le rotin aussi. Ensuite nous utilisons des imprimantes 3D pour les boutons et des découpeuses numériques pour découper le plexiglass de la façade. Ensuite, évidemment nous faisons venir certains composants d’Angleterre et de Chine. Puis nous assemblons tout sur place. En réalité, partout où nous serons nous utiliserons des matériaux locaux. Car nous croyons fortement à la décentralisation…

Combien d’utilisateurs compte Somtou aujourd’hui ?

Hum… Bonne question. Après un an dans nos « laboratoires », nous avons enfin sorti des prototypes que nous sommes actuellement en train de tester auprès d’une vingtaine d’entrepreneurs variés au Sénégal.

Quelle est la stratégie de votre équipe pour toucher le plus d’acteurs du secteur informel ?
Chez KFC, la recette des épices du poulet est secrète. Chez Somtou, aussi nous avons une recette magique. Mais comme nous sommes plus sympa que KFC, je vais vous dévoiler notre secret : l’empathie.
Ce qui est magnifique dans le secteur informel, c’est que le facteur-clé de la transaction reste la confiance. Pour réussir à travailler avec le secteur informel, il faut créer des relations, car les acteurs y sont particulièrement méfiants. Dans chaque quartier, nous aurons des agents de proximité qui seront probablement des jeunes gens connus dans le quartier pour leur sérieux et leur sens du service.
Et toute l’équipe de Somtou est recrutée suivant ce critère principal : être capable de comprendre les émotions, le ressenti des autres.

Est-ce que vos tablettes sont accessibles (financièrement) pour les petits commerçants?
Nous avons opté pour un modèle classique mais original dans le cas d’achat d’équipement. Chaque client va payer un abonnement mensuel, un peu comme l’abonnement du « câbleur », qui va varier entre 2500 et 15000 FCFA en fonction de ses revenus. C’est un modèle à la fois pérenne sur le long terme, juste socialement et extrêmement abordable. La clé évidemment, c’est la confiance…

Est-ce que la solution Somtou permettrait de ramener les acteurs du secteur informel vers le formel ? (en quantifiant plus aisément leurs revenus imposables)
C’est une excellente question. Mon but premier n’est pas de formaliser le secteur informel tout comme le but de votre ordinateur n’est pas de vous permettre de payer des impôts. Ensuite, effectivement en permettant de faciliter la gestion, on met dans les mains du secteur informel un outil qui peut faciliter la discussion avec les autorités.
Plus généralement, la fonction de l’impôt est d’assurer une redistribution sociale et le financement d’infrastructures publiques. Plus les gens sont convaincus que leur argent est bien utilisé, plus ils payent des impôts. Si ils ont des doutes, Somtou ne va pas changer leur appréciation de la gouvernance.

Quels sont vos projets pour les années à venir ?
Somtou est un projet particulièrement riche car il pourrait ouvrir les portes d’un tout autre monde. En connectant ces millions d’acteurs à la « technologie », on pourrait révolutionner l’e-commerce, les services financiers, la distribution de produits. En parallèle de cela, nous avons une réelle ambition de démocratisation des objets technologiques avec lesquels la Somtou est réalisé…sans oublier l’alimentation au solaire… Tout ceci va bien nous occuper pour quelques décennies.

Par ailleurs, Somtou a lancé une campagne de levée de fonds sur la plateforme Indiegogo et on espère que tous les lecteurs d’Inspire Afrika Magazine seront au rendez-vous de l’Afrique qui innove !

2 Comments

  • Je suis Architecte&Styliste d’intérieur. Réside au Cameroun . Plus précisément à Douala. Je viens de découvrir votre magazine numérique très épurée, via Facebook. Ravie de voir la mise en exergue de nos talents africains.
    Félicitations pour cette mise en valeur.

    • IA Team IA Team dit :

      Bonjour Nathalie,
      Merci pour ces jolis mots d’encouragements ! N’hésitez pas à vous abonner à notre newsletter si ce n’est pas déjà fait 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

58 + = 65