SOCIÉTÉ GÉNÉRALE, AU SERVICE DE L’INNOVATION BANCAIRE

La Société Générale est présente en Afrique depuis 1911. Avec 3.7 millions de clients dont 150.000 entreprises dans 19 pays africains, l’institution financière fait partie des banques les plus performantes. Depuis 2012, le groupe a accéléré son développement sur le continent. La Société Générale vise une croissance annuelle moyenne supérieure à 8% des revenus en 2020. Alors que certains groupes internationaux ont choisi de reculer en Afrique _comme la BPCE_, ou de quitter le continent _comme Barclays_, la banque française veut miser sur les mutations du secteur bancaire en Afrique et les innovations qui y naissent.

En 2016, la banque crée le Lab Innovation Afrique pour accélérer l’innovation au sein des filiales d’Afrique subsaharienne du groupe. Hébergé par JokkoLabs, le Lab est un incubateur d’idées dans le domaine de la finance. Le plateau Société Générale, c’est un écosystème de startups, d’investisseurs, d’incubateurs et d’écoles. La banque veut collaborer avec les startups, et non les racheter. A travers des hackathon comme Tam-Tam, la Société Générale donne l’occasion à des startups de se rencontrer, de se mesurer et de s’améliorer.

 Express Union va à la conquête de la diaspora

Parmi les idées florissantes du Lab, il y’a Yup, le service mobile money de la société générale. Lancé en Côte d’Ivoire et au Sénégal, le service compte plus de 30.000 portefeuilles. Les clients de Yup peuvent faire des dépôts, des retraits, des transferts, payer des factures ou acheter du crédit téléphonique. La particularité du service est de ne pas s’appuyer sur un opérateur mobile mais sur un réseau partenaire de stations-services et de commerces de distribution. Comme tous les services de Mobile Money, les clients n’ont pas besoin de compte bancaire. La Société Générale ambitionne d’ouvrir 1 million de portefeuilles d’ici 2020 et d’étendre considérablement son réseau d’agents. Le service sera bientôt lancé au Cameroun, au Burkina Faso et au Togo. A terme, Yup aura son propre service de crédit et d’épargne.

 Quel avenir pour la Fintech en Afrique?

La Société Générale va encore plus loin dans la proposition de modèles bancaires alternatifs avec Manko, intermédiaire en opérations de banque, filiale à 100% de la Société Générale. Manko est aussi une révolution à Dakar. Son système d’acquisition clients reposant sur des agents en scooter qui vont à la rencontre des usagers sur leur lieu de service est déjà un succès dans le pays : en 2016, plus de 10 000 opérations ont été effectuées et 100% d’entre elles sont digitalisées. A partir de la tablette des agents, les clients peuvent ouvrir une ligne de crédit ou d’épargne. Cette solution mise en place par la start-up sénégalaise OBERTYS est totalement accessible via téléphone portable. Grâce à Manko, les clients n’ont plus à se rendre dans une agence, la banque vient à eux. Pour Valérie Noëlle Kodjo Diop, Responsable de l’innovation et des modèles bancaires alternatifs pour la région Afrique, « il est important que notre clientèle africaine se sente privilégiée. Nous avons à cœur d’améliorer leurs parcours clients tout en leur proposant des solutions adaptées à leur besoin ».

Pour en savoir plus, sur la place de la Société Générale dans le développement des Fintech africaines, rejoignez-nous le 21 juin à paris pour le prochain Inspir’Talk.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 1 = 1