SHE LEADS AFRICA : DONNER LE POUVOIR AUX FEMMES AFRICAINES

L’entrepreneuriat est à la mode, et encore plus chez les femmes. En 2013, le ‘Global Entrepreneurship Monitor’ dévoilait que 40.7% des femmes au Nigeria étaient de jeunes entrepreneurs ou possédaient/géraient une nouvelle entreprise. Cependant, l’entrepreneuriat reste dominé par les hommes, et les femmes ont toujours plus de difficultés à accéder aux financements. C’est justement pour venir en aide à ces jeunes entrepreneures que Yasmin Belo-Osagie et Afua Osei, deux anciennes consultantes du cabinet McKinsey, ont créé She Leads Africa (SLA) en 2014. L’objectif : Booster la carrière des jeunes femmes en Afrique et leur donner plus de visibilité. « Les femmes ont besoin de deux fois plus de préparation quand elles vont à un rendez-vous d’affaires ou à un entretien d’embauche. C’est pour cette raison que nous produisons beaucoup de contenu sur comment se préparer pour telle ou telle situation », nous confie Yasmin. Et elles ont su bien se répartir les rôles : Afua s’occupe de toutes les activités sur la toile pendant que Yasmin coordonne les initiatives sur le terrain.

Concours de Pitch et séance de coaching

Deux chefs, deux actions sur le terrain. D’abord un concours de pitch organisé une fois par an, le SLA entrepreneurship showwcase. Sélectionné parmi plus de 380 candidates issues de 25 pays, les 6 finalistes sont invités au Nigéria pour présenter leur projet à un jury composé de chefs d’entreprises connus au Nigéria. D’ailleurs en 2014, Aliko Dangoté faisait partie du jury ! A la clé, un accès à des investisseurs potentiels, une exposition médiatique, et un chèque de 10.000$. Participer à une telle compétition demande du courage, mais pas seulement. D’après Yasmin « les candidates doivent aussi faire des recherches. C’est toujours dommage d’avoir des candidates qui ont un projet intéressant, mais qui ne se sont pas assez renseigner pour savoir comment présenter leur projection financière ». Manque d’éducation ou absence de mentor ? Plusieurs raisons peuvent être trouvées pour ces jeunes entrepreneurs. Mais Afua et Yasmin veulent aller encore plus loin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

12 − 6 =