SÉNAMÉ KOFFI : NOUS POUVONS REDÉFINIR L’ÉCONOMIE DU PARTAGE

Véritable ovni dans le paysage high-tech africain de part sa manière de penser, Sénamé Koffi ne fait rien comme tout le monde. Après avoir poursuivi des études de design industriel, d’histoire de l’art, d’architecture et d’anthropologie, il fonde en 2010, L’Africaine d’architecture pour « proposer des solutions concrètes et faire en sorte que l’Afrique moderne possède ses propres systèmes de référence ».
Inventeur de concepts et adepte d’une « innovation radicale », Sénamé rêve de démocratiser les NTIC sur le continent en rendant le high-tech accessible aux communautés locales, notamment à celles qui n’ont pas les moyens d’y avoir accès. Il y arrive, doucement mais surement : à Lomé, sa ville natale, il a créé le WoeLab, un Fab Lab [1]créatif et collaboratif qui accueille tous types de profils, -maçons, menuisiers, étudiants, etc.- mais très peu d’ingénieurs ou d’informaticiens. Cette émulation créative a donné naissance à la W. Afate, la première imprimante 3.D africaine, constituée uniquement de déchet électroniques recyclés, et élue « meilleure invention sortie d’un Fab Lab sur les dix dernières années »[2].

D’où vous vient votre intérêt pour le numérique ?

J’ai enquêté en anthropologie, et, un peu par accident, dans l’univers du hackerspace à Paris en 2012. J’ai vu que ces lieux singuliers où on célébrait l’autonomie, étaient corrélés avec un modèle de financement, des événements, des concepts, etc. Tous professant des logiques distribuées contre le modèle centralisé capitaliste. Un ensemble de signaux épars qui pour moi ont tout de suite fait système. Une sorte de conjonction que j’appelle le mouvement du Commun.

Selon moi, la révolution digitale mise au service de l' »Ethique Hacker » a permis d’ouvrir un nouveau chapitre dans la philosophie de la production, qui peut désormais envisager quelque chose qu’elle avait jusque là toujours échoué à théoriser : la mort de l’Industrie. C’est une perspective où l’Afrique a une carte à jouer.

Lire la suite en page 8 de votre magazine

 

 

[1] Contraction anglaise de « Fabrication Laboratory . Un Fab Lab est donc un laboratoire de fabrication
[2] Global Fab Awards, Barcelone, 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *