Philippe Bitang : « Nous voulons qu’Academy system soit utilisé par le maximum d’écoles en Afrique »

Philippe Bitang dans une des salles où il a eu à enseigner

Academy System[i], the Great Debaters[ii]… Philippe Bitang  ne ménage aucun effort pour accompagner ou créer  des concepts nouveaux. La petite Quarantaine, Ce Passionné d’éducation et de nouvelles technologies a effectué ses études supérieures en Afrique de l’ouest avant de travailler en France, puis en Allemagne. Poussé par le besoin d’être utile à son pays, il rentre définitivement au Cameroun pour s’investir dans divers projets en rapport avec l’éducation. Il nous  parle honnêtement de son parcours d’entrepreneur et de ses ambitions

Bonjour Philipe ! Parlez-nous un peu de vous
Je suis  un camerounais d’une quarantaine d’années ayant bien évidemment fait ses études d’abord au Cameroun, puis plus tard à l’étranger notamment en Afrique de l’ouest (Bénin et Togo pour l’obtention de mon Bac, puis en Côte d’Ivoire pour mes études supérieures) où j’ai obtenu après plusieurs années de retard par rapport à mes camarades de classe mon diplôme d’ingénieur commercial (option communication et publicité). Je suis père d’une petite fille adorable.

Après vos études et votre séjour professionnel en Côte d’Ivoire, qu’est-ce qui vous a poussé à rentrer au Cameroun ?
Je ne suis pas rentré tout de suite. J’ai d’abord fait un séjour professionnel en France et en  Allemagne afin de mieux apprendre et comprendre les enjeux de ce monde et puis un matin, j’ai décidé comme ça de rentrer au pays afin d’être plus utile sur place. Mais il faut dire que le retour n’a pas été facile car j’ai échoué la première fois et j’ai dû fuir, car je ne tenais pas. La première entreprise que je crée à mon retour, SOSERDI (Société de Services et de Distribution) fait faillite. Là je comprends  que j’ai encore beaucoup à apprendre. Lorsque je reviens quelques années plus tard, je me plonge dans l’enseignement. D’abord comme Chef d’établissement d’un Collège d’Enseignement Technique Industriel (CETI) à Yaoundé et dispensant parallèlement,  des cours aux étudiants de BTS, Licences Pro, Masters dans les Ipes[iii] et à l’ESSSTIC[iv]. Cela m’a permis de beaucoup apprendre, de comprendre l’environnement dans lequel je vivais et de me découvrir totalement. Après cette découverte, j’ai décidé de créer une nouvelle structure dénommé I.com (lire I Point Comm) chargée de mettre en avant l’image des personnes, des entreprises, des produits, etc.

Qu’est-ce que Academy System ?
Academy System est l’un des produits sur lequel nous travaillons depuis plus de 2 ans. C’est un logiciel de gestion globale des établissements scolaires ayant atteint un stade de développement assez avancé car il est capable de fournir à ses utilisateurs toutes les facilités liées au processus de prise de décision dans une école à tous les niveaux de suivi c’est-à-dire de l’enseignant en passant par les autres acteurs  jusqu’au chef d’établissement.

 A Lire aussi :kwiizi : faciliter l’accès à l’éducation, sans connexion internet

Quand est-ce vous l’avez créé et d’où vous en est venue l’idée ?
Je n’en suis pas le créateur. C’est vrai que l’on confond souvent BITANG Philippe et BITANG Marcel Yves qui en est le créateur car depuis quelques années c’est beaucoup plus moi qu’on voit sur le terrain dans le processus de mise en avant de cet outil. Mais je crois qu’au risque de ne pas dénaturer la réponse à votre question, je puis simplement vous répondre que cette application existe depuis plus de 15 ans aujourd’hui.

Est-ce le premier logiciel dans ce genre au Cameroun ?
13692908_987079591390155_8314039387358793390_oAu début oui c’était le tout premier dans ce genre au Cameroun mais ce n’est plus le cas. Il en existe déjà plusieurs et c’est une bonne chose. Cela permet non seulement qu’il y ait de la concurrence mais également que le créateur de cet outil avec ses équipes d’ingénieurs puissent travailler afin de faire avancer l’application.

Comment est-ce qu’il a été accueilli par la communauté pédagogique au Cameroun ?
Il a été très bien accueilli par la communauté éducative. Il y a des établissements qui l’utilisent depuis plus de 10 ans. C’est un outil qui aide véritablement les chefs d’établissements dans le processus de gestion de leur école en leur facilitant la tâche à tous les niveaux. C’est un outil qui permet de faire tout ce qu’on peut faire dans une école, des cartes scolaires en passant par les bulletins, les conseils de classes, les conseils de discipline, le calcul des statistiques à envoyer au ministère, pour ne citer que ceux là.

Le commercialisez-vous uniquement au Cameroun ?  Sinon dans quels autres pays ?
Il faut déjà dire qu’au Cameroun, pas moins de 60 écoles (maternelles, primaires, secondaires, supérieures, formations professionnelles) utilisent cette application. D’autre part, le MINESEC l’année dernière nous a confié 120 Lycées pour une phase pilote en raison de 12 Lycées par région. Nous sommes en train de voir avec le promoteur de l’application la faisabilité de ce projet qui n’est pas une simple affaire. L’idée principale est d’interconnecter à long terme tous les établissements du MINESEC avec les délégations départementales, les délégations régionales et plus tard le ministère via Academy System.

L’outil est donc aussi commercialisé  dans d’autres pays notamment la Guinée Conakry, la France, le Congo Brazzaville, le Togo, la Côte d’Ivoire, le Sénégal, le Tchad…

Avez-vous reçu une aide financière  du gouvernement pour lancer ce projet (production et distribution) ?
Non, la seule aide si on peut le dire ainsi aura déjà été que le gouvernement nous écoute, nous permette de faire des tests de l’application en présence de tous les Directeurs du MINESEC et des techniciens du domaine. Ce qui a débouché à l’octroi de 120 lycées pour la phase pilote dudit projet.

A Lire aussi :itgstore, la societe de services informatiques camerounaise qui fait parler d’elle

Quels sont les objectifs de développement que vous avez pour le produit ?
Nous voulons qu’Academy System soit utilisé par le maximum d’écoles en Afrique. Par ailleurs, nous souhaitons que les chefs d’établissements, les délégués départementaux et régionaux n’aient plus à se déplacer pour aller dans les ministère déposer les documents, mais que cela se fasse par un simple clic de leurs bureau,  qu’un parent à partir de son Smartphone puisse savoir si son enfant était à l’école aujourd’hui sans avoir à poser la question à ce dernier, faire en sorte que les parents puissent savoir au jour le jour l’évolution pédagogique de leurs enfants grâce à  un simple clic de  leurs téléphones portables, etc.

 A lire aussi :rencontrez viki, l’intelligence artificielle camerounaise

Travaillez-vous sur d’autres projets en ces moments ? Si oui, quels sont-ils svp ?
Oui nous avons une autre startup qui veut qu’on mette en avant une application de gestion de la paie qu’elle a développée. Ce sera un beau challenge lorsqu’on sait que c’est un domaine nouveau ici en Afrique. Nous travaillons aussi sur l’image d’un leader d’opinion camerounais mais donc je préfère taire le nom pour l’instant. Il y a aussi ce gros projet sur lequel nous travaillons depuis plus de 10 ans ‘’The Great Debaters Cameroun’’ qui est une compétition de débat télévisé entre les Etablissements du Supérieur et qui prendra effet dès le mois d’octobre si Dieu le veut.

[i] Logiciel de gestion appliquée aux établissements scolaires
[ii] Jeux télévisé devant être diffusé sur les chaines Camerounaise à partir d’octobre 2016
[iii]  IPES : Institut Privé d’Enseignement Supérieur
[iv] École Supérieure des Sciences et Techniques de la Communication et de l’Information  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 59 = 61