OBJIS: RESOLUMENT AFRICAIN

Publi-communiqué

Quel est le point commun entre IBM, HSBC, Orange, AXA, EDF, la banque panafricaine Ecobank, le Royaume du Maroc, l’Assemblée Nationale Française et le Ministère de la défense de Belgique?

OBJIS.

Centre de formation informatique spécialisé dans le développement, l’administration, l’architecture et la vulgarisation de langages de programmation informatique tel que JAVA dont il est expert, OBJIS s’est forgé une image de marque dans le développement des connaissances et des compétences techniques de ses clients.

douglas-mbiandouCréé à Lyon en 2005 à l’initiative de l’ingénieur d’origine camerounaise Douglas MBIANDOU (ci-contre), co-fondateur et président de la structure, OBJIS a séduit ses prestigieux hôtes par un modèle de formation extrêmement efficace: 25% de théorie et 75% de pratique. Grâce à cette approche participative, OBJIS invite ses apprentis à prendre du recul et à défendre, suivant des critères objectifs, les choix qu’ils sont amenés à faire. Dans la même logique participative, le centre de formation partage 5% de son expertise à travers 200 tutoriels JAVA en libre accès sur son site internet.

L’Afrique en ligne de mire

Depuis 2011, OBJIS tend les bras à l’Afrique. Désir d’expansion pour certains, retour aux sources pour d’autres, sentiment exacerbé qu’aujourd’hui le véritable pays de cocagne est l’Afrique certainement. La stratégie d’OBJIS en ce sens est simple: participer à l’émergence de l’Afrique, en travaillant à son développement numérique et en permettant aux entreprises locales de s’autonomiser d’un point de vue technique.

Une prise de position avisée face à la pénurie mondiale de développeurs web et d’après les résultats de la 16ème édition du rapport PricewaterhouseCoopers (PwC) Annual Global CEO Survey[1], qui fixaient en 2014 à 87% les présidents directeurs généraux en Afrique qui envisageaient d’accroître les investissements dans les technologies. L’offre rencontre donc une demande prégnante. OBJIS fait ainsi œuvre de salut public en se fixant pour objectif de former 10.000 informaticiens en Afrique d’ici 2025. A l’issue de cet apprentissage, les 10.000 seront capables de créer les logiciels, les applications et les systèmes d’Information nécessaires au développement du continent.

Fort heureusement, la volonté d’OBJIS d’être partie prenante de la prospérité du continent et d’y développer un partenariat gagnant-gagnant, croise l’éveil des autorités continentales face aux besoins urgents dans le secteur informatique. Ainsi, le premier client d’OBJIS en terre africaine a été la République du Congo, qui l’a mandaté en 2013 de former 30 ingénieurs de l’Office Congolais d’Informatique.

Le pôle de savoir

OBJIS va plus loin.

Il s’implique désormais dans le domaine éducatif en Afrique en proposant le programme « Université OBJIS« , qui a pour objectif d’accompagner ses adhérents à l’emploi, voire à l’auto emploi. Présent à Brazzaville en République du Congo depuis 2013, le programme a ouvert ses portes à Dakar au Sénégal en 2014. Un cursus principal de « Développeur Java web Mobile » y est actuellement proposé. Son expansion est telle que les antennes camerounaises et ivoiriennes sont prévues pour la deuxième moitié de l’année 2015, tandis qu’une extension vers la République Démocratique du Congo et l’ouverture d’un nouveau centre en République du Congo, plus précisément à Pointe Noire, est envisagée.

Le crédo de l’Université OBJIS est former et valoriser. L’ambition à terme est d’« africaniser » les postes que pourvoiront les grandes multinationales qui ont rejoint ou qui rejoindront le nouvel eldorado qu’est le continent africain. Par ailleurs, l’université OBJIS n’hésite pas à mettre en lien ses « étudiants » avec un réseau d’entreprises des télécommunications ou de la finance, qui pourront absorber ces nouvelles compétences. Et les résultats sont probants!

Témoignage vibrant du succès d’OBJIS en terres africaines, la structure y réalise aujourd’hui 45% de son chiffre d’affaire de 500.000 euros. Une tendance qui ira crescendo, car son objectif à l’horizon 2016 est de fixer la part africaine à 80% dans son chiffre d’affaire.

african geekMais OBJIS sait aussi joindre l’utile à l’agréable. En partenariat avec le web-média des mondes Afro TOTEM il a lancé, depuis le 8 février 2015 African Geek, la première web série qui suggère à la jeunesse de profiter activement du vent numérique qui souffle en Afrique en mettant activement, à travers de nouvelles compétences, le numérique au service de leur passion et en encourageant la création des applications correspondant aux besoins du continent.

Même si OBJIS se veut résolument africain, il ne s’interdit aucune contrée du monde. Ainsi, la structure voit son implantation au Maroc comme une plateforme centrale pour le déploiement de son savoir-faire technique et pédagogique non seulement vers l’Afrique, mais aussi vers le Moyen-Orient.

[1] investissements dans les nouvelles technologies sont un vecteur de croissance pour le continent Africain http://www.afriquetechnologie.com/afrique-investissements-technologies-2014/

                                                                                                                                                                                                                                 Louis Gilbert BISSEK

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

87 + = 96