Locko, la nouvelle star du R&B camerounais

Photo : William Nsai

Tout a commencé sur YouTube. Charles Arthur Locko Samba, qui se fait appeler à l’époque “Shawmey Locko” poste des vidéos de lui dans sa chambre d’étudiant entrain de reprendre des chansons en piano-voix. Sa reprise du super tube camerounais “Hein père” (de Stanley Enow) lui vaut une visibilité nouvelle. Il est approché par une équipe de jeunes qui décident de le suivre et de monter un label pour produire le talent prometteur : Big Dreams Entertainment. Shawmey Locko devient donc Locko. Il se produit aux événements des écoles de la place, et fait un featuring sur « Perfect girl » avec le chanteur Numérica.

12993634_860376127407452_3812235314091029786_n

Photo : William Nsai

Son premier single “Margo” sort en Janvier 2015 et connaît tout de suite un grand succès. Le vidéo-clip vient confirmer le succès de la balade romantique. Locko soigne sa présence sur les réseaux sociaux. “Je suis bien entouré je crois, et je n’hésite pas à prendre conseil sur comment mieux gérer mes réseaux sociaux.” soutient-il. Ainsi, un concours est réalisé sur Facebook, Twitter et Instagram, et les fans de l’artiste sont invités à se filmer entrain de chanter “Margo” pour le challenge #Isingmargo. La gagnante rencontre la star et chante avec lui.

Lire aussi: “Coller la petite”: un tube nommé scandale

L’image de Locko s’affirme. Il n’apparaît presque plus sans ses lunettes noires qui lui permettent de “rentrer dans le personnage de Locko”. Il chante en duo avec Stanley Enow sur Bounce et avec Michael Kiessou sur Lomdie. Il s’associe à des marques telles que Heartangel et Israël couture. Il utilise habilement le placement de produits dans le clip de “Ndutu”, autre grand succès. A la question de savoir s’il est possible de vivre de la musique au Cameroun aujourd’hui, il répond : “si le public Camerounais vous soutient, oui, vous pouvez vivre de la musique étant un artiste indépendant. Maintenant, si vous êtes signé sous un label ça dépendra des clauses de votre contrat.

L’artiste de 24 ans regrette qu’il soit difficile d’être pris au sérieux quand on est jeune au Cameroun, mais admet qu’il peut compter sur son public. Il a bâti une fanbase solide, la “lockomotive” qui le porte et le soutient. “Je ne me plains pas vu que la Lockomotive me mène à des lieux que je pensais inaccessibles.”  affirme-t-il. Locko est lui même fan de Chris Brown, Wizkid, Ed Sheeran et les Boyz II men. Pour garder les pieds sur terre, il s’entoure de ses amis d’enfance, ceux qu’il connaît depuis l’époque où il chantait au culte d’enfants à l’église ou alors quand il était au Lycée Bilingue d’Application de Yaoundé. D’ailleurs, s’il devait conseiller un jeune artiste, il lui dirait “d’attacher sa ceinture, de ne jamais perdre le cap, de garder les vrais près de lui et de beaucoup prier.”

Lire aussi: TOOFAN, le triomphe de l’originalité musicale africaine

Sawa ROmance themovieSon premier EP Skyzo a été présenté en grandes pompes au public lors de deux spectacles live à Yaoundé et Douala. Au-delà de l’image et de la promotion sur les réseaux sociaux, le plus de l’artiste, c’est d’abord sa voix. Il écrit et produit lui-même ses chansons, et ne manque pas une occasion de faire des accappella. Il chante l’amour, son thème de prédilection.

Après “Dans mon ré” tourné à Abidjan, Locko revient ce 03 juin avec le clip de “Sawa romance”,  l’une des chansons les mieux accueillies de l’album. « Sawa Romance » parle d’un amour tellement vrai qu’on est prêt à laisser partir la personne aimée si et seulement si elle sera heureuse avec un autre mais dans le cas contraire on promet de se battre corps et âme pour obtenir les faveurs de son cœur.” explique-t-il.

En attendant la sortie de son album en 2017, on souhaite à Locko de continuer à vivre son rêve et de réaliser son souhait “devenir une source d’inspiration pour les générations futures”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

27 + = 36