LES PENSÉES DE GRACE KELLY AZIZET

Peut-on réellement parler de « marques » ou d’industrie de la mode en Afrique ?
Grace Kelly Azizet, Directrice Générale de Wildflowers – agence de stratégie et de communication pour créateurs – estime qu’il est difficile de répondre à cette question par un simple oui ou non. Le secteur de la mode est en plein essor, et de nombreuses notions restent à définir. Voici l’avis de cette professionnelle qui connait la mode africaine comme sa poche.

Définissons le « Made in Africa » 

L’un de nos objectifs au sein de l’agence Wildflowers, est de sensibiliser la jeunesse africaine à la fierté de consommer africain. D’après une étude que nous avons menée sur le « Made In Africa » (en collaboration avec Afrikrea), pour 64% des afropolitains, le « Made in Africa » se définit par le fait que le créateur soit africain. Alors que pour nous en agence, le terme s’emploie lorsque les produits sont fabriqués en Afrique. Ceux qui pensent comme nous ne représentent que 54% des personnes que nous avons interrogées.

Parlons de la notion de « marque » dans le contexte Africain 

Il est toujours complexe, quand on évoque l’idée du «Made in Africa», de parler tout de suite de « marque ». L’industrie de la mode est en plein développement. Par conséquent, il existe plusieurs « tribus » comme nous les appelons au sein de l’agence :

On a tout d’abord des entrepreneurs dont la base de travail est l’artisanat africain. On les retrouve dans des circuits de distribution tels que les ventes privées ou les plateformes de commerce en ligne spécialisées. Ces artisans vont sublimer le «Made in Africa» en utilisant le wax, mais en proposant des produits qui ne sont pas vraiment différenciant. Ils n’ont pas de points de vente ou de site internet propres pour présenter leur univers. Malheureusement, cette catégorie représente environ 80% du marché de la mode africaine selon notre étude. Avec ces artisans, on est sur du prix d’appel et même sur du produit d’appel. Forcément, ils génèrent du volume, mais en termes de structure et de visibilité, on n’a pas de marque forte qui ressorte. La marque Nana Wax – créée par Maureen Ayité – se démarque, même si elle est en train d’évoluer vers la catégorie premium.

Lisez l’article complet en page 38 du numéro 17 de votre magazine.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

57 − = 51