LE TELE-ENSEIGNEMENT : UNE REVOLUTION SCOLAIRE ?

L’Afrique Subsaharienne connait l’un des taux d’alphabétisation les plus bas au monde avec un contraste saisissant entre les  régions. A titre d’exemple, le taux d’alphabétisation est de 23% au Mali contre 88% en Afrique du Sud d’après l’Unesco.

Pour pallier au manque d’encadrement d’une part, mais également dans le but d’améliorer la qualité de la formation en se conformant aux exigences de qualité d’autre part, différentes formes d’apprentissage et d’enseignement, intégrant de nouvelles démarches éducatives dans le processus de formation sont actuellement mises en œuvre. C’est ainsi qu’a été lancé le système de télé-enseignement ou enseignement à distance.

Après le lancement du paiement sur mobiles, le télé-enseignement est peut-être une nouvelle source d’usage Web novateur dans les pays émergents. Et tout particulièrement au Cameroun.

Dans le cadre de son Projet pour l’amélioration de la qualité de l’éducation de base (PAQUEB) au Cameroun, le gouvernement a mis à la disposition de 51 écoles primaires de 06 régions du pays* 4617 ordinateurs pédagogiques, afin de promouvoir l’e-education (source : investir au Cameroun)

Le PAQUEB est cofinancé par le Gouvernement du Cameroun et la Banque Islamique de Développement (BID), pour une durée de  3 ans et un coût total de 12 517 000$ Son but est de permettre aux enseignants de mieux accomplir leur mission et aux élèves de développer des compétences qui leur permettront de participer en tant que citoyens responsables au développement du Cameroun.

Le plan d’amélioration du PAQUEB porte entre autres sur :

  • L’environnement scolaire c’est-à-dire la construction dans ces écoles de clôtures, de salles de classe et de laboratoires informatiques, la connexion au réseau électrique et l’aménagement de points d’eau.
  • La qualité de l’éducation portant sur la dotation des écoles en tables-bancs, manuels scolaires, ordinateurs de bureau pour les Enseignants et ordinateurs pédagogiques pour les élèves; la formation des Superviseurs pédagogiques et des Instituteurs chargés de classes à l’utilisation et à l’intégration pédagogique des TIC; l’électrification des écoles grâce à la connexion au réseau national d’électrification ou alors l’acquisition de groupes électrogènes ou de plaques scolaire.

L’e-Éducation fait depuis quelques années l’objet de toutes les attentions tant des gouvernements des pays en développement que des ONG ou des acteurs du privé. Des initiatives très ambitieuses comme l’OLPC ( » One Laptop per child project « ) ont d’ailleurs été lancées ces dernières années.

Une nouvelle manière de pratiquer l’enseignement qui ne tardera pas à porter ses fruits.

 * (Adamaoua : 12 Écoles; Extrême Nord 18 Ecoles; Littoral 04 Ecoles; Nord 09 Ecoles; Nord Ouest 04 Ecoles; Sud 04 Ecoles)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

12 − 9 =