LE DIGITAL AU SERVICE DE LA SANTE MATERNELLE EN AFRIQUE

Amélie EBONGUE

Professionnelle du digital et créative dans l’âme, Amélie Ebongué a lancé il y’a presque un an Parfait Pour Jaden. Une ONG qui s’engage à réduire les complications liées à la grossesse et l’accouchement au Cameroun. Elle nous donne son sentiment sur la présence du digital dans le secteur de la santé maternelle sur le continent.

Depuis l’ubérisation de nos usages quotidiens, les nouvelles technologies n’ont jamais été aussi proches des humains. La mise en relation entre professionnels et clients a rarement été aussi rapide que ces cinq dernières années. Cette économie s’est transformée en bouleversant les schémas de pensées, et la société de consommation. Ainsi, tout comme d’autres secteurs, la santé se digitalise de plus en plus, et en Afrique, elle mélange tradition et modernité.

L’Afrique est digital friendly. Selon une étude dédiée aux évolutions en Afrique des usages, de consommation et de marché dans le secteur des technologies, médias et télécommunications (TMT) en 2018 réalisé par le cabinet Deloitte, 66% des foyers africains sont connectés à Internet via les technologies mobiles ; 80% des usagers de smartphones l’utilisent plus d’une heure par jour ; d’ici 2020, 660 millions d’africains devraient être équipés d’un smartphone.

Le numérique commence à s’installer dans le quotidien des professionnels, leur permettant de  gagner en efficacité. Néanmoins, l’accès à l’information reste un problème majeur. Les formations à destination des professionnels de santé ne sont pas assez nombreuses. Quand elles existent, elles sont parfois obsolètes. Il n’est pas aisé de se tenir informé des best practices et des dernières actualités du secteur sanitaire à l’échelle internationale. Les populations locales sont également peu et mal informées sur leur santé, et comment se préserver et se protéger. Pour améliorer les choses, il faut créer des espaces d’échanges entre professionnels du corps médical et citoyens. Les salons, forums, conférences sont de véritables canaux de diffusion en complément des médias locaux et spécialisés, ou des réseaux sociaux.

Découvrez aussi Susu, la solution santé pensée pour les proches de la diaspora africaine

Mais les choses commencent à bouger. Prenons l’exemple de l’application mobile GiftedMom fondée en Novembre 2013 par le camerounais Alain Nteff. Ce projet fruit d’un travail de recherches conséquent a pour objet de permettre aux femmes vivant dans des zones rurales de bénéficier d’un suivi prénatal et postnatal. Une sorte de hotline numérique destinée aux femmes enceintes et aux nouveau-nés vivant dans des régions reculées du Cameroun. GiftedMom est la première plateforme numérique du genre de par sa position géographique et l’implantation du dispositif qui a vocation à se développer plus largement sur le territoire camerounais. D’après l’Organisation Mondiale de la Santé, au regard de la situation actuelle du système sanitaire au Cameroun, seule 1 femme sur 3 bénéficie des quatre visites médicales recommandées pendant la grossesse. Un chiffre qui entraîne une réflexion profonde sur l’accès aux soins. Il est vrai que les femmes ciblées par GiftedMom n’ont pas souvent accès aux soins médicaux appropriés. Généralement, plus de la moitié de ces femmes accouchent sans la présence d’une sage-femme, d’un médecin ou d’une infirmière qualifiée. La plupart des décès maternels pourraient être évités si toutes les femmes bénéficiaient d’un accompagnement médical et de soins d’urgence. En effet, d’après le rapport mondial du développement humain du programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), on sait que sur 100 000 naissances vivantes, 690 femmes décèdent pour des raisons liées majoritairement à leurs grossesses. La mortalité maternelle dépend aussi de maladies préexistantes chez ces femmes : paludisme, SIDA, etc.

Retrouvez l’article complet dans votre magazine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

13 − 5 =