LA SANTÉ À TOUT PRIX

La carte de santé Yenni

La santé est une des préoccupations principales des jeunes entrepreneurs en Afrique. Comment se développer lorsqu’on ne peut pas se soigner ? Certains projets comme le CardioPad ou les Faso Soap sont des exemples des nouvelles manières de se soigner adaptées à l’Afrique. Pour permettre l’accès à ces nouvelles technologies, il faut que les populations aient les moyens financiers d’aller à l’hôpital.

Lire aussi: Un hôpital (utopique) africain

Après avoir travaillé quatre ans comme Chargé de projet au service des Relations internationales de Toulouse Métropole, Boubacar Sagna décide de rentrer dans son pays, le Sénégal. Touché par la situation de ces concitoyens, parfois obligés de laisser leur carte d’identité en gage pour des soins médicaux, il crée la société Yenni en association avec son ami Lassina Gbakalé. La carte Yenni fonctionne à travers un abonnement annuel de 30  euros offrant une couverture santé dans tous les hôpitaux partenaires. Elle est rechargeable en fonction des besoins, ou pour constituer une épargne santé. Elle donne donc accès aux consultations, aux soins et aux médicaments.
En wolof, «Yenni» signifie «soulager». Les créateurs de Yenni entendent aider leurs utilisateurs à se débarrasser du lourd poids que constitue l’accès à la santé au Sénégal. La carte offre aux Sénégalais du pays et à ceux de la diaspora une solution sécurisée et facile d’utilisation, qui donne aux patients l’accès financier à la santé tout en donnant aux professionnels de santé l’assurance d’être payés. Il faudrait cependant que l’équipe réussisse à convaincre le maximum d’hôpitaux sénégalais ou obtienne la confiance de l’état pour que la solution soit vraiment viable.

Pour en savoir plus : http://yenni.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

70 − 69 =