Kmerpad : Des serviettes hygiéniques lavables pour changer les habitudes des jeunes femmes

Jeunes collégiennes à un atelier de sensibilisation organisé par Kmerpad

Partie du constat que la menstruation et l’accès aux protections hygiéniques reste un problème et un tabou pour des milliers de femmes en Afrique, Olivia Mvondo Boum a pris l’initiative de démarrer en 2012 le projet Kmerpad. Entre autre, il vise à améliorer les conditions de vie et d’hygiène des jeunes filles et des femmes. Cette organisation qui au jour d’aujourd’hui consacre une grande partie de ses activités aux ateliers de sensibilisation à l’hygiène féminine est également bien connue pour ses serviettes hygiéniques lavables. Commercialisées au Cameroun et en Afrique sous la marque FAM, ces serviettes utilisables sur 18 mois sont en train de changer les habitudes des jeunes filles et des femmes. A ce stade, la française d’origine camerounaise et les co-fondateurs du projet (Claude Marie Biya Djokou, Armand Anaba, et Prof. Yap BOUM II) se fixent le pari de distribuer les serviettes à une plus grande échelle.
Les nombreuses reconnaissances attribuées à Kmerpad témoignent non seulement du caractère innovant du projet, mais aussi de son écho auprès des femmes. En effet, l’association a été en début d’année 2015 lauréate des Prix SIGEF en Suisse pour la meilleure initiative et FORIM en France pour « Le Vivre Ensemble » avant d’être en fin d’année lauréate du Prix de l’initiative « La France s’engage au sud », portée par le Président de la République Française.

Vous êtes cofondatrice de Kmerpad. Qu’est-ce qui vous a motivé à démarrer ce projet ?

Ce projet social et solidaire vise à améliorer les conditions de vie et d’hygiène des jeunes filles et des femmes au Cameroun et en Afrique. En effet, la menstruation est un vrai handicap autant pour les jeunes filles qui manquent l’École pendant leur période menstruelle que celles qui sont obligées de se prostituer faute de moyens financiers pour acheter des protections hygiéniques. Ce problème et la volonté d’autonomiser les femmes sont les raisons qui ont motivé la mise en place d’une organisation telle que Kmerpad.

Un atelier de sensibilisation à l'hygiène organisé par Kmerpad

Un atelier de sensibilisation à l’hygiène organisé par Kmerpad

Quel problème tentez-vous de résoudre ? Quelle est la philosophie de Kmerpad ?

Par notre action, nous souhaitons : réduire l’absentéisme scolaire des jeunes filles pendant la période menstruelle; briser le tabou sur la menstruation; favoriser l’emploi au féminin; mais aussi protéger l’environnement.
De plus, nous organisons des campagnes de prévention sur la gestion de l’hygiène et la santé intime des filles et des femmes dans les établissements scolaires publics et privés, les communautés rurales et urbaines, les camps de réfugiés et les centres pénitentiaires. Nous pensons que chaque fille ou femme africaine doit pouvoir aller à l’École ou vaquer à ses occupations sans être préoccupée par ses règles.

Vous commercialisez aujourd’hui dans plusieurs pays des serviettes hygiéniques lavables sous la marque FAM. Quelle est la plus-value, par rapport aux serviettes hygiéniques « classiques » ?

Les serviettes hygiéniques FAM sont: Lavables et réutilisables pendant au moins 18 mois; confortables 100% coton donc respectueuses de l’environnement, douces, absorbantes et simples à laver et à entretenir; elle sont fabriquées au Cameroun par des opératrices de confection; économiques car une femme dépense en moyenne le triple du coût unitaire d’un kit FAM par année; sans risque de santé pour les femmes contrairement à certaines protections hygiéniques jetables composées de matières non identifiées.

Quel est l’accueil réservé aux serviettes FAM ? Est-ce une pratique que les jeunes filles / les femmes intègrent facilement ? (Laver et réutiliser sa serviette hygiénique)

A ce jour, nous avons distribué plus de 20.000 serviettes hygiéniques lavables FAM à travers le monde et sensibilisé plus de 10.000 personnes (filles, garçons, femmes et hommes).

Au Cameroun, certaines femmes et filles ont l’habitude de nettoyer leurs protections hygiéniques avant de les jeter et cela en raison de croyances culturelles.

Où est-ce que les serviettes FAM sont fabriquées ? Pouvez-vous nous dire un mot sur le processus de fabrication ?

Les serviettes hygiéniques lavables FAM sont confectionnées manuellement par des filles et des femmes camerounaises. Elles ont entre 25 et 53 ans. Les opératrices de confection textile sont 4. Chacune d’elles a un nombre de kits à réaliser par jour, elles sont assistées par 2 stagiaires qui aident à la coupe et au montage des serviettes.

Nous disposons d’une dizaine de machines, de ciseaux électriques pour faciliter la coupe du tissu, des matières premières pour confectionner les serviettes.

Les serviettes sont composées de pièces de tissu en coton 100% qui protège la paroi vaginale de l’utilisatrice, de pièces en tissu absorbant favorisent l’absorption du flux, d’une pièce de tissu imperméable pour éviter les fuites.

kmerpad 1

Olivia Mvondo Boum à droite du Président François Hollande

Vous avez remporté récemment plusieurs prix à l’international, notamment le prix de l’initiative « La France s’engage au sud ». Êtes-vous un peu surprise de tout ça, ou pensez-vous qu’il s’agit plutôt d’une reconnaissance bien méritée ?

Oui, toute l’équipe était surprise. En 2015, nous avons reçu 2 autres distinctions : le prix SIGEF en Suisse pour la meilleure initiative et le prix du FORIM en France pour « Le Vivre Ensemble ».

C’est une véritable reconnaissance, nous espérons juste qu’elle puisse sensibiliser les acteurs politiques et sociaux au Cameroun et en Afrique afin qu’ils nous aident à porter au plus haut le plaidoyer se rapportant à la gestion de l’hygiène menstruelle. En effet, notre projet adresse un problème de santé publique et sociale. Il est donc critique que les politiques puissent s’approprier cet état de fait afin d’avoir un réel impact sur notre population féminine qui, on le reconnaitra, représente le fer de lance de nos nations africaines.

Où voyez-vous KmerPad dans les prochaines années ?

Déjà fin 2016, nous souhaitons avoir distribué plus de 35.000 serviettes hygiéniques et doublé l’effectif de couturières à Kmerpad. En effet, le Cameroun représente le point de démarrage de notre activité mais certainement pas la fin. Notre cible est l’Afrique avec l’intention de résoudre un problème social en utilisant un modèle d’entreprenariat. Ainsi nous pourrons apporter une solution pérenne au handicap qu’est la menstruation.

Maintenant, dites-nous. Quel est votre plus grand rêve ?

Que toutes les filles et femmes africaines prennent en main leur intimité. Qu’elles aient toutes des protections hygiéniques de qualité et que la menstruation ne soit plus un tabou. En effet, la menstruation n’est ni un handicap ni une maladie mais une étape critique du cycle de la vie !

Lire aussi : Contribuer au bien être des jeunes sénégalaises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 61 = 71