JEAN-LUC KONAN : « ÊTRE ENTREPRNEUR C’EST UNE COMBINAISON ENTRE DES QUALITES NATURELLES ET UNE PREPARATION MINUTIEUSE DU PROJET»

Crédit Photo: Groupecofina.com

Implanté dans 6 pays et avec plus de 20 000 projets financés depuis sa création, le groupe COFINA est assurément la compagnie financière qui s’adapte aux réalités des entrepreneurs Africains. Nous avons rencontré son président Directeur Général, Monsieur Jean-Luc KONAN, avec qui nous avons échangé sur l’environnement financier dans lequel évolue les PME Africaine.

Inspire Afrika Magazine : COFINA va passer de 85 à 500 points de vente en 2017, comment cela est réalisable ?

Jean-Luc KONAN : Nous avons développé un concept de collaboration avec des sous agents, ce qui va nous permettre d’élargir la taille de notre réseau en très peu de temps. Cela va être bénéfique à notre clientèle qui pourra ainsi avoir accès à un large réseau de points de vente très accessible pour effectuer toutes leurs opérations.

I.A.M : On a souvent la sensation que les institutions financières ne prennent pas vraiment de risques. Pourquoi considère-t-on que les PME opérant de manière informelle représentent un risque alors que l’informel est la norme en Afrique ?

J.L.K : En Afrique la majeure partie des institutions financières sont des banques, et elles ont des règles de fonctionnement notamment en ce qui concerne l’évaluation du risque. Lorsqu’elles évaluent le risque de prêter à une PME, celle-ci doit fournir des documents relatifs à son activité, cela peut être les états financiers, les registres de vente ou des garanties réelles. Le souci c’est qu’une PME informelle ne fonctionne pas comme cela et ne sera pas capable de fournir les documents nécessaires à l’analyse de sa demande de crédit. Ce qui la disqualifie en tant qu’emprunteur au niveau de la banque, mais cela ne veut pas dire que l’entreprise ne fonctionne pas bien. Et c’est là que chez COFINA nous apportons une réponse différenciée. C’est à force de constater ce gap, que nous avons bâti notre modèle opérationnel et notre business modèle pour offrir du financement non seulement aux PME formelles mais aussi à ces PME et Entrepreneurs qui ne sont pas aussi formalisées qu’une grande entreprise. Nous assistons donc les entrepreneurs à reconstituer leurs comptes et les flux financiers afin de pouvoir évaluer le risque inhérent à chaque activité et ainsi pouvoir apporter une réponse en terme de financement qui soit vraiment personnalisée.

I.A.M : Vous l’avez reconnu, certaines entreprises sont liquides mais n’ont pas d’états financiers clairs. Le problème ne se situe-t-il pas au niveau de l’éducation financière des entrepreneurs ?

J.L.K : Je pense en effet qu’il ne faut pas corréler le succès d’une entrepris à son formalisme. Comme vous l’avez-vous-même fait remarquer, nos économies africaines reposent en grande partie sur le secteur informel. Mais lorsque l’on dit informel, il me semble qu’il y a une précision à apporter. Ces entreprises sont dites informelles parce qu’elles n’ont pas la documentation administrative de tenue de comptes requises par les institutions financières classiques. Toutefois cela ne les empêche pas d’être des entreprises très florissantes pour nombre d’entre elles. Ces entrepreneurs, qui pour certains peuvent même être analphabètes, n’en sont pas moins organisés et connaissent parfaitement le fonctionnement de leur entreprise et maitrisent le chemin vers la réussite. L’éducation financière à leur apporter leur permettrait de mieux tirer profit des services des institutions financières.

I.A.M : Diriez-vous aujourd’hui qu’il y a plus d’entrepreneurs que d’aventuriers ou l’inverse ?

J.L.K : Je ne saurais répondre à cette question de manière affirmée (sourire). Ce qui est sûr c’est que ce sont deux voies bien différentes. Etre entrepreneur à mon sens, c’est une combinaison entre des qualités naturelles et une préparation minutieuse du projet pour le mener à sa réalisation, j’aime beaucoup cette citation à ce titre : ‘’Hard work beats talent when talent doesn’t work hard’’

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *