HDM BEAUTY, QUAND LES SERVICES DE BEAUTE SE DIGITALISENT

Le secteur de la beauté est en pleine digitalisation. Fini le temps où il fallait tester tous les salons de sa rue lorsqu’on voulait se coiffer. Fini la coiffeuse du quartier qui promet qu’elle sait réaliser la dernière coupe de Rihanna et nous laisse ressembler à un hérisson. Il y avait bien le bouche-à-oreilles mais encore fallait-il avoir dans ses contacts la personne qui connaît la personne qui connaît la personne qui a l’adresse d’une bonne esthéticienne. Les choses changent. On peut désormais choisir sa coiffeuse en ligne, lire les avis des clientes précédentes, se faire coiffer à domicile sans la pause nourriture de la coiffeuse ou les multiples arrêts pour coiffer les autres clientes. Léonie Ngolle a bien connu toutes ces difficultés lorsqu’elle faisait ses études à Montpellier. Elle était obligée de passer une journée à Marseille ou profiter d’un voyage sur Paris pour pouvoir se coiffer convenablement. Lorsque la soif d’entreprendre s’est faite forte, c’est naturellement vers une plateforme de digitalisation de la beauté qu’elle s’est lancée.

En Côté d’Ivoire, les cheveux crépus redeviennent un critère de beauté  

Leonie Ngolle

Le concept HDM Beauty créé par Léonie est un site internet responsive que l’on pourra utiliser sur PC, tablette et téléphone portable. Elle tient à préciser que « même si pour un départ HDM-beauty s’adresse aux beautés noires & métissées, les autres types de beauté ne seront pas oubliées. » Après avoir hésité pendant deux ans, elle a trouvé le mental nécessaire pour quitter son poste de consultante en Digital & Data Analytics chez Accenture pour se lancer complètement dans son projet entrepreneurial.

HDM, c’est l’abréviation de Hadidja Marie, le prénom de la grand-mère de l’entrepreneure. « Cette dernière a grandi à Mora, dans le nord du Cameroun, où elle était une référence en matière de beauté grâce à son style sans cesse innovant. La plupart des femmes lui demandaient conseil tant sur le style vestimentaire que sur la coiffure » déclare sa petite-fille. Hadidja Marie a dû quitter les siens pour un autre village dans le Littoral pour rejoindre son époux. Malgré la barrière de la langue, elle a pu s’intégrer dans son nouvel environnement grâce à son style et ses astuces beauté. Léonie raconte que lorsqu’elle était enfant et un peu garçon manqué, sa grand-mère lui disait : « Toutes les femmes sont belles mais leur beauté n’est pas similaire. Il est donc important de trouver ce qui nous mettra à notre avantage ».  Aujourd’hui, avec de vieilles photos, elle est en train de créer un dessin animé sur l’histoire de Hadidja-Marie grâce à un dessinateur africain de bande dessinée. Le but est d’expliquer la signification du sigle HDM et les valeurs et conseils transmis par sa grand-mère. Et surtout, de faire le parallèle avec notre société actuelle.

A Abidjan, le salon Black Beauty Fair participe aux initiatives qui professionnalisent la beauté 

Pour se démarquer des offres existantes sur le marché, HDM mise sur une sélection rigoureuse des prestataires. Ceux-ci seront présélectionnés sur la base des recommandations de clientes et sur demandes spontanées de professionnels via le formulaire de contact sur le site. Ils seront ensuite contactés pour faire leur connaissance et échanger sur leur expérience ainsi que sur leur activité. Enfin, les professionnels à domicile seront mis en situation afin de s’assurer qu’ils ont le bon matériel et la capacité de réaliser les services qu’ils proposent. Les professionnels en salon ou en institut seront validés si leurs établissements correspondent à la charte de qualité de l’entreprise.

Les différences avec les autres services ne s’arrêtent cependant pas là. HDM Beauty proposera d’autres services en dehors de la coiffure : maquillage, onglerie, épilation et bien-être à domicile et en salon. Léonie Ngolle souhaite créer une grande communauté qui s’échangera avis sur les professionnels et conseils. Le service solutionne les problématiques quotidiennes des professionnels de la beauté telles que la gestion des heures creuses, les no show ou rendez-vous non honorés, la gestion et suivi de la clientèle et la planification des réservations. Le service HDM est gratuit pour les clients qui n’auront qu’à payer leur prestation. La rémunération du site se fait auprès des professionnels de la beauté soit par commission, soit par abonnement.

 Marina Mara Marville, une passion pour la beauté afro 

La digitalisation de la beauté permet une professionnalisation du secteur. Cependant, pour Léonie, il faudrait « mettre en place davantage de formations dédiées aux experts de la beauté noire et métissée adaptées aux problématiques que ceux-ci rencontrent au quotidien et proposer des outils et solutions qui faciliteront leur façon de travailler » pour rendre le milieu beaucoup plus professionnel qu’il ne l’est aujourd’hui. Pour tous ceux qui voudraient se lancer dans l’entreprenariat, Léonie conseille « d’attraper son cœur » car « la vie d’entrepreneur quoique passionnante, n’est pas idyllique bien au contraire, c’est très souvent les montagnes russes. »

La plateforme sera lancée à Paris dans quelques jours. L’équipe de six personnes travaille en parallèle sur le déploiement du premier pilote en Afrique, à Abidjan (Côte d’Ivoire). « Le choix de cette ville s’explique tout simplement par le dynamisme et la maturité qui caractérise le marché abidjanais de la beauté. » explique-t-elle. Le site pourra ainsi être adapté aux habitudes et aux préférences de la clientèle ivoirienne. Elle ambitionne de conquérir d’autres villes françaises et européennes mais le plus important à ses yeux reste de réussir le lancement du service sur le continent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 64 = 70