GENEVIEVE SIMIYU « NOTRE RELATION AVEC LES PROFESSEURS EST INTERDEPENDANTE : NOUS FACILITONS ET ELARGISSONS LE PARTAGE DE LEURS CONTENUS, LEUR RENDANT CAPABLES D’IMPACTER LA VIE DE MILLIERS D’ETUDIANTS »

Genevieve Simiyu par Ofoe Amegavie pour Inspire Afrika

Plus jeune, elle pensait qu’elle était Africaine simplement parce que le Kenya, son pays natal est situé en Afrique. Aujourd’hui, Genevieve Simiyu se sent Africaine parce qu’elle a sillonné le continent. Elle connait les ressemblances (et les différences) entre les pays, et comme de nombreux africains, elle a une détermination à toute épreuve. Elle a décidé de mettre une pause à sa « carrière » d’ « Afrique-trotteuse » pour diriger la branche Ghana de Chalkboard Education, une application de e-learning qui utilise les technologies SMS et USSD pour permettre d’étudier sans connexion.

Comment est née Chalkboard Education ?
Chalkboard Education est née quand les co-fondateurs, Adrien Bouillot et Miora Randriambeloma, se sont rendus compte qu’une grosse partie d’étudiants assoiffés de connaissance, n’a pas accès à l’éducation en raison du faible nombre d’universités, face à une demande de plus en plus forte. Par ailleurs, ils se sont aperçus que ces étudiants ne sont pas tous capables de payer leurs frais de scolarité. Certains vivent en zone rurale, et doivent se déplacer pour venir étudier en ville. Quand bien même ils arrivent à payer ces frais de scolarité, il est difficile de tenir, tant la vie est chère en ville. Ils se retrouvent donc parfois obligés de mettre leurs études entre parenthèses au profit d’un petit job qui leur permettra de se nourrir et parfois de nourrir leurs familles restées au village. Au-delà de ça, un constat connu : la plupart des gens au Ghana et en Afrique en général, ont plus facilement en leur possession un mobile qu’un compte bancaire. Pour Adrien et Miora, c’était une opportunité. Il fallait rendre l’éducation accessible au plus grand nombre, gratuitement, et possiblement sans avoir à se connecter, vu le prix de la connexion internet.

En Côte d’Ivoire, un homme enseigne sous les bananiers 

Comment l’application fonctionne-t-elle ?
Les élèves reçoivent un SMS unique en provenance de l’université pour laquelle ils ont appliqué. Ce SMS contient un identifiant et un mot de passe qui leur permettra d’accéder à la plateforme. Une fois connectés, ils ont à leur disposition les cours et le programme scolaire sur 6 mois. Le contenu peut être sous plusieurs formes : texte, images, ou audio. Nous travaillons avec un designer pédagogique en interne, qui adapte le contenu des cours en fonction de leur spécificité et de la meilleure manière de les assimiler.
Les étudiants ont la possibilité de se connecter en mode offline, afin d’économiser de la data. Pas besoin donc nécessairement de télécharger les contenus ou d’accéder à l’appli via internet. Les contenus sont maintenus dans le cache. Ils peuvent télécharger des exercices, répondre à des questionnaires, des quizzs, etc.

Comment l’application réussit- elle à tracker des informations data même sans connexion ?
L’application Chalkboard Education a des fonctionnalités en ligne et hors ligne. Nous avons plusieurs outils de mesure qui nous permettent de tracker les usages de nos apprenants, disséminés à travers le pays. C’est un atout considérable pour les écoles avec lesquelles nous sommes partenaires. Les étudiants sont amenés à répondre à des questionnaires sur la plateforme, par SMS ou via la technologie USSD. Une fois le SMS envoyé, nos serveurs reçoivent l’information et l’analysent. Les étudiants reçoivent un feedback via SMS et n’ont plus besoin de se remettre en ligne.

Au Cameroun, une plateforme permet aux étudiants de travailler en free-lance

Comment avez-vous convaincu les investisseurs à vous accompagner dans l’aventure ?
Ça a été un travail de longue haleine qui a nécessité l’implication de toute l’équipe. Nous avons participé à plusieurs compétitions et avons gagné des prix prestigieux : MTN Challenge, Oxford Africa Challenge  et  SEEDSTARS Ghana. Ces victoires nous ont vraiment fait connaître. Nous étions en contact avec les meilleures startups du monde, les meilleurs coachs et bien sûr, les investisseurs les plus aguerris. Ceux qui ont investi dans ce projet ont cru en notre vision et à la mission que nous souhaitons accomplir. Ils ont cru en notre équipe, et ont été impressionnés par notre capacité d’exécution. Ils ont compris que notre solution était la plus adaptée aux besoins et à l’environnement des étudiants, par le biais d’un outil accessible à tous, le mobile.
A tous les entrepreneurs qui liront cet article, j’ai un conseil à donner : prenez du temps pour préparer votre rencontre avec les investisseurs, lisez des bouquins, des articles. Il y’a énormément de ressources disponibles pour cela en ligne. Demandez également conseil à ceux qui sont déjà passés par là. Si vous êtes bien préparés et qu’une  opportunité se présente, il y’a de fortes chances que vous obteniez votre financement.

Lire la suite en page 10 de votre magazine 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 52 = 61