THE RISE OF PRIVATE EQUITY IN AFRICA, par l’AFRICAN BUSINESS LAWYERS’ CLUB

Créé en mai 2011 par Cédric SINARINZI et Jacques Jonathan NYEMB, l’African Business Lawyers’Club (ABLC) a pour but de « regrouper des jeunes juristes et avocats dont l’intérêt commun est de s’intéresser à la vie des affaires en Afrique».

Les objectifs de l’ABLC se déclinent autour de quatre axes. Le premier est la formation dispensée par les membres de l’ABLC auprès d’étudiants, juristes et avocats d’affaires basés en Afrique sur le droit et la pratique de la finance internationale. Des séminaires sont ainsi organisés chaque année à l’Université Catholique d’Afrique Centrale. Le deuxième axe est celui de l’informationsur la diversité de la pratique des affaires en Afrique, car « il existe des investisseurs ou des praticiens étrangers qui ne connaissent pas suffisamment le droit OHADA, qui est un droit des affaires harmonisé sur 17 pays africains », nous confie M. SINARINZI. L’ABLC souhaite également, à sa modeste échelle, influencer les différents stakeholders sur la nécessité de s’adapter aux standards internationaux en vue de promouvoir un cadre d’investissement attractif. Le dernier objectif poursuivi par cette association est l’auto-formation de ses membres. En effet, à travers les différentes activités organisées par l’association, les 41 juristes et avocats membres du Club ont l’opportunité de s’informer de manière constante sur les problématiques de terrain et les obstacles rencontrés par les différents acteurs sur le continent.

A cet effet, les « practice dinners » sont le cadre choisi par les membres de l’ABLC pour s’informer sur les problématiques juridico-financières auxquelles les professionnels sont actuellement confrontés. Pendant une heure, ils débattent avec des avocats, des banquiers, des industriels, des représentants de pouvoirs publics ou des consultants sur des thématiques complexes telles que les financements de projets miniers et pétroliers, la titrisation ou encore les produits dérivés, le tout dans un cadre convivial. Dans le souci d’offrir à des personnes extérieures l’opportunité de s’informer sur tout ce qui a trait à l’environnement des affaires en Afrique, l’African Business Lawyers’Club organise chaque année une conférence portant sur un thème innovant. Ainsi, le 20 juin prochainde 17h à 21h sera organisée au siège du MEDEF à Paris une conférence sur le thème « The Rise of Private Equity[1]in Africa : A promising drive for development ». 

D’après M. SINARINZI, cette conférence a pour but notamment «de dresser un bilan des perspectives du marché africain en la matière». Lors de cette conférence, les participants et les intervenants, de profils divers, débattront de sujets tels que les facteurs clés de succès contribuant au développement du Private equity en Afrique, l’évolution du capital-investissement sur le continent ou encore les secteurs d’activité les plus dynamiques susceptibles d’attirer les fonds d’investissement, pour ne citer que ceux-là.

Organisée, sous la houlette de Mme Marilia Mayaki Hamar (Vice-Présidente de l’ABLC et Head of the Conference Team), en partenariat avec des cabinets d’affaires ou de conseil internationaux (PwC, Clifford Chance et Herbert Smith Freehills), le Medef International, le magazine  Jeune Afrique et le Club Afrique de l’INSEAD, la conférence « The Rise of Private Equity in Africa» réunira non seulement des experts tels que Lionel ZINSOU(CEO de PAI Partners), Jean-Michel SEVERINO(Chairman d’Investisseurs & Partenaires pour le Développement, ancien CEO de l’Agence Française de Développement) ou encore Stéphane Bacquaert (Directeur associé, Secrétaire du Comité d’investissement du Groupe Wendel) ; mais « elle donnera aussi l’occasion aux chefs d’entreprises présents de savoir comment se déroule concrètement un partenariat gagnant-gagnant entre les porteurs de projets et les apporteurs de capitaux, notamment à travers le témoignage de Mossadeck BALLY, fondateur de la chaine hôtelière Azalaï Hotels», précise le président de l’association. Au-delà du fait que cette conférence s’inscrive dans une dynamique internationale, « The Rise of Private Equity in Africa» permettra de créer des synergies entre les chefs d’entreprises et les directeurs de fond d’investissement, et « sera aussi l’opportunité de communiquer sur la valeur ajoutée apportée par un fond d’investissement à une entreprise », conclut M. SINARINZI. Cette conférence est donc une nouvelle initiative de la diaspora africaine dans le but de contribuer à la croissance économique du continent.

Si vous souhaitez participer à cet évènement exceptionnel, n’hésitez pas à vous inscrire ici 



[1] Capital-investissement.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

+ 6 = 10