Ecobank se lance dans le e-Commerce

L’un des principes fondamentaux de la finance, c’est la diversification des investissements. Ecobank l’a bien compris. La filiale nigériane de la banque panafricaine vient d’ouvrir MyMall Nigéria, un service de vente en ligne.

Créé en 1988 au Togo, le groupe Ecobank est aujourd’hui présent dans 36 pays africains. L’année 2013 a été difficile pour l’entreprise qui a dû faire face à un scandale financier largement médiatisé lié à de nombreux conflits d’intérêt au sein de son conseil d’administration. Deux ans plus tard, Ecobank semble s’être complètement remis. L’étude Banking Survey Emerging Markets 2015 du cabinet Nouvelles Donnes[1] classe le groupe panafricain premier en termes de parts de marchés (14%) en Afrique Francophone. En juin 2015, le groupe met fin à une période de transition dans sa gouvernance en accueillant un nouveau directeur Ade Adeyemi.

Lire aussi : quel marché pour VISA à Abidjan ?

Le groupe Ecobank possède sa plus grosse filiale au Nigéria. Le pays représente un marché de 170 millions de personnes dont ce n’est donc pas un hasard si ce pays a été choisi pour le lancement de MyMall. Cependant, le site de e-Commerce va se heurter à une concurrence et déjà bien installée. En effet, Jumia, Kaymu et Konga occupent déjà une grande partie du marché. Le responsable du département PME de la filiale nigériane de la banque, Sunkanmi Olowo, dit vouloir offrir la possibilité à ses clients e-d’économiser en coût de location de locaux grâce à des boutiques virtuelles. MyMall Nigéria entend se différencier de ses concurrents en offrant aux vendeurs le contrôle et la gestion de boutiques personnalisées et le suivi par un manager de la banque. Les vendeurs devront évidemment ouvrir un compte chez Ecobank. La banque propose également des tarifs de transaction plus bas permettant ainsi de réduire les prix pour les acheteurs.

Ecobank prévoit d’étendre les activités de MyMall dans ses autres filiales. L’arrivée de nouveaux intervenants dans le secteur du e-commerce va permettre de booster la concurrence et d’améliorer les prix et les services. Les acteurs de la vente en ligne devraient alors se pencher sur les questions de sécurité et de délais de livraison qui sont aujourd’hui un des plus gros problèmes pour les usagers.

[1] Le cabinet Nouvelles Donnes est spécialisé dans les secteurs de la banque et de l’assurance dans les pays en développement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 72 = 80