COMMENT NOLLYWOOD EST DEVENUE L’UNE DES PLUS GRANDES INDUSTRIES CINÉMATOGRAPHIQUES DU MONDE? – 2/3

Rita Dominic, IKe Ogbonna et sa femme, Gnevieve Nnaji aux African Magic Viewer’s Choice Awards

Le fonctionnement de l’industrie

Précédemment dans notre série “Nollywood à la conquête du monde”, nous faisions un flashback sur l’histoire de cette belle industrie de 1960 à nos jours. Le décor étant planté, revenons à notre scène principale : la Nollywood Week Paris 2016 qui a eu lieu en Juin dernier. Rien à voir avec les somptueux tapis rouges des grandes cérémonies nigérianes que sont les Nollywood Movie Awards ou les Africa Movie Academy Awards, mais les stars nigérianes ont sorti leurs plus beaux atours pour l’occasion. La star de l’ouverture, c’était Angélique Kidjo, la chanteuse béninoise, actrice dans the CEO, le film phare du festival  et marraine de cette édition. Elle a apprécié l’idée de réunir un casting africain et pas seulement nigérian. C’est la dynamique de cette nouvelle génération de réalisateurs, qui veulent sortir des clichés attribués au cinéma nigérian pour proposer un contenu adapté à une audience plus globale.

Lire aussi: Comment Nollywood est devenue l’une des plus grandes industries cinématographiques du monde? ⅓

Kunle Afoloyan, le réalisateur de The CEO est l’exemple même de cette nouvelle génération, et le moins qu’on puisse dire de lui, c’est qu’il est ambitieux et audacieux. The CEO, son dernier film, a été en partie financé par Air France. Le réalisateur a approché le directeur d’Air France Nigéria lors de la troisième édition de la Nollywood Week Paris. “Je lui ai dit que le film se ferait avec ou sans eux mais que la compagnie avait tout à y gagner” explique-t-il. Air France saute dans l’aventure et aide au financement de The CEO. C’est de la même manière qu’il approche Angélique Kidjo dans un avion pour lui proposer un rôle.  “Il est important de créer des ponts et de faire des films multiculturels” argue-t-il. En 2013, son film Phone swap avait déjà gagné le prix du public au festival Nollywood Week Paris.

Lire aussi : Nollywood revient à paris pour la 4ème fois consécutive !

Ils n’ont malheureusement pas tous la patience et l’audace de Kunle. “Un petit groupe de réalisateurs vise une certaine qualité, quitte à s’endetter auprès des banques mais la grande majorité joue sur la quantité pour rentabiliser” déclare l’acteur Ramsey Nouah, présent au Festival Nollywood Week Paris. En effet, si Half of a Yellow Sun (2013) de Biyi Bandele, a été tourné avec un budget de 9 millions de dollars, soit le film nigérian le plus cher à ce jour, un film moyen se tourne entre 20.000 et 70.000 dollars en quelques semaines. Il est alors distribué auprès des vendeurs de VCD et joue la course contre la montre avant d’être piraté. Les vendeurs de la rue ont été pendant longtemps les principaux distributeurs du cinéma nigérian. Aujourd’hui, les salles de cinéma sont de plus en plus nombreuses, et le public au rendez-vous pour consommer local. En plus de ça, les sites de vidéo à la demande comme Iroko Tv ou Afrostream et les chaînes de télé comme Nollywood Tv jouent un grand rôle dans la diffusion du contenu à l’extérieur du territoire nigérian.

Exposition “Tear my Bra” retraçant l’histoire de Nollywood aux rencontres de Arles 2016

Exposition “Tear my Bra” retraçant l’histoire de Nollywood aux rencontres de Arles 2016

Finalement, le financement se fait de deux manières. Dans le cas du financement personnel, le réalisateur/producteur privilégie la distribution rapide auprès des vendeurs des marchés sous forme de VCD. Dans le cas du prêt à la banque ou du placement de produit, le réalisateur met tous les moyens pour que le film soit distribué longtemps dans les salles de cinéma et disponible sur les plateformes de vidéo à la demande. Kunle Afoloyan nous confiait d’ailleurs les sueurs froides et la motivation que représente une dette à la banque : une épée de Damoclès qui impose de faire le meilleur des films. Pour ce qui est des plateaux, Nollywood n’a pas encore la chance d’avoir de super studios alors les décors sont souvent naturels.

Lire aussi : 20 ans d’Écrans Noirs

Mercy Johnson : l'actrice la mieux payé de Nollywood

Mercy Johnson : l’actrice la mieux payé de Nollywood

Le plus glamour dans l’industrie, ce sont les acteurs. Nollywood a ses superstars: Desmond Elliot, Genevieve Nnaji, Funke Akindele, Tontoh Dikeh et tant d’autres, des magazines people (Wow Magazine, City People Magazine…) et des webzines de divertissement dont le plus célèbre est sûrement Bella Naija de Uche Pedro. C’est aussi au Nigéria qu’on retrouve la blogueuse africaine la plus riche : Linda Ikeji est devenue milliardaire grâce au LindaIkeji Blog, qui diffuse des potins sur les stars Nollywoodiennes.
L’actrice la mieux payée de Nollywood est Mercy Johnson, avec un cachet oscillant entre 1,5 et 2 millions de nairas par film soit environ 7600 euros. Tout le monde ne peut naturellement pas s’offrir leurs services mais ça suscite des vocations. Grâce à la libéralisation du secteur, de nombreux nigérians, passionnés de cinéma, se lancent désormais. Nollywood emploie plus d’1 million de personnes et génère 590 millions de dollars par an.

Dans le prochain et dernier épisode, nous parlerons des ambitions de Nollywood, et de sa capacité à conquérir le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 59 = 61