BARBIE DOIT SE FAIRE DU SOUCI, VOICI : « QUEENS OF AFRICA »

En 2007, le nigérian Taofick Okoya souhaitait faire un cadeau à sa nièce : une poupée à la peau couleur ébène. Grande fût sa surprise quand il s’est rendu compte que sur le marché de son pays, cette offre n’existait pas. C’est ainsi que l’idée de concevoir et vendre des poupées auxquelles les petites filles africaines puissent s’identifier a vu le jour. L’objectif premier de cet entrepreneur est de proposer comme alternative aux jeunes filles noires, des poupées qui ressemblent davantage à leurs mamans, à leurs tantines.

Queens of Africa 2Queens Of Africa 3

Avec un prix oscillant entre 500 et 3500 nairas (soit entre 1500Francs CFA (2,30 euros) et 10500 francs CFA (16 euros)), les« Queens » sont accessibles à la classe moyenne africaine ce qui permet une large diffusion du produit. Aujourd’hui Taofick Okoya peut vendre entre 6000 et 9000 poupées par mois. Des chiffres qui montrent bien que la demande existe et que ce domaine est un marché prometteur.

Afrique, Europe, Etats-Unis et même Brésil, la demande est croissante à l’international et le nigérian prévoit déjà de diversifier l’offre.

A l’heure où les femmes et hommes assumant leurs cheveux crépus sont de plus nombreux, où le décapage de la peau fait encore des ravages et où la question des standards de beauté occidentaux qui veulent s’imposer au monde entier est un sujet qui suscite le débat, « Queens of Africa » est selon moi un très bon moyen de véhiculer des valeurs et des pratiques africaines. Des prénoms nigérians (« Nneka », « Numola »), des poupées portant les pagnes traditionnels Yoruba fabriqués au Nigéria, des tresses et des bijoux Yoruba, les poupées de Taofick Okoya sont un véritable outil qui peut sur le long terme apprendre aux jeunes filles à s’accepter davantage et arrêter toutes ces pratiques qui constituent un danger pour leur santé.

Retrouvez le reportage entier ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 1 = 4