Amal et Anass Yakine : « Nous nous définissons comme des nomades digitaux »

Quête d’expériences nouvelles, besoin de découvertes, envie de s’ouvrir au monde, à d’autres cultures, d’autres modes de vie, ou simplement s’évader … Les raisons qui nous poussent à voyager sont, pour ainsi dire, diverses et variées. En effet, si pour certains, cela se résume à un simple hobbie, pour d’autres, voyager peut être une essence de vie, une réelle passion. C’est le cas de deux jeunes marocains Anass et Amal Yakine, qui ont décidé de faire le tour du Maroc à pieds. Un concept de voyage respectueux de l’environnement qui ne cesse de prendre de l’ampleur : le voyage durable ou tourisme responsable. Ces nomades digitaux comme ils se définissent si bien en sont devenus les symboles au Maroc et plus encore, tant leurs aventures partagées avec leurs internautes sur les réseaux sociaux sont suivies. Mais qu’y a-t-il vraiment derrière ce concept de voyage durable ? Quelle est l’histoire des « Yakine », leur parcours ?  Comment ont-ils organisé leur aventure ? On vous dit tout.

Bonjour Amal et Anass. Avec plus de 220.000 followers sur les réseaux sociaux, on peut dire que vous êtes des globe-trotteurs reconnus. Pouvez-vous vous présenter s’il vous plaît et nous en dire plus sur votre parcours ?

Nous sommes Amal et Anass Yakine, un couple de globe-trotters marocains.
Anass : Tout commence en 2012 lorsque je décide de sillonner le Maroc à pied. Un voyage longtemps rêvé. De Dakhla à Tanger en passant par Oujda, je parcoure plus de 5000 km pendant 2 ans. Faisant l’éloge de la lenteur, je pars à la rencontre des gens, des paysages… et surtout de moi-même. Au jour le jour, je raconte mon périple sur ma page Facebook et petit à petit, mes histoires et ma démarche commencent à intéresser une plus grande communauté. A mi-chemin, je croise la route d’Amal qui me rejoint pour le reste du voyage, mais pas que. Nos destins semblent encore plus entremêlés. Désormais mariés, nous rêvons à deux et faisons de notre passion pour le voyage notre mode de vie. Nous vadrouillons dans le monde en quête d’expériences et de découvertes.

Découvrez une globetrotteuse d’un autre genre, qui a sorti le premier city guide africain à Paris 

Quelle est la différence entre voyager et faire du globe-trotting selon vous et que représente cette activité pour vous ?

Amal : A notre sens, voyager ou faire du globe-trotting revient au même, avec peut-être une petite différence : un globe-trotter aspire à explorer le monde entier et se donne le temps et les moyens de voyager assez souvent. En ce qui nous concerne, nous nous définissons à la fois comme étant des voyageurs, des globe-trotters et des nomades digitaux. Et c’est ce dernier aspect qui rajoute toute la dimension de partage d’expériences sur nos réseaux sociaux.

Comment êtes-vous devenus globe-trotteurs ? Est-ce une passion commune que vous avez toujours eue pour l’aventure ou un déclic suite à un évènement particulier ?

Anass : En ce qui me concerne le voyage est quelque chose qui est en moi depuis que je suis tout petit. Ça a commencé par une question que je m’étais posée, alors que je n’avais que 13 ans, en regardant le documentaire « le vieil homme et le désert » de Théodore Monod. Pourquoi marchait-il seul, en plein milieu du désert, à son âge ? Et c’est cette même question qui en a fait une inspiration qui se transformera, au fil des années, en un rêve puis en un projet : celui de parcourir une longue distance à pied à travers le Maroc. Quant à Amal, c’est véritablement la première semaine de marche avec moi qui réveillera en elle cette passion pour le voyage, lent et non planifié.

Le tourisme a le vent en poupe sur le continent. Découvrez le Hospitality Report Africa 2017

Depuis peu, le « tourisme durable ou encore responsable » est un concept qui ne cesse de se développer. Vous en faites la promotion depuis Décembre dernier sur vos différents sociaux, c’est donc une notion qui vous tient à cœur. Pouvez-vous nous en dire plus sur ce qu’elle représente et en quoi cela vous inspire ?

Amal : Le tourisme durable et responsable est tout simplement la nomination institutionnelle et représentative de notre façon de faire et de penser le voyage. C’est-à-dire un voyage qui prend en compte la dimension éthique et qui porte une attention et un respect particuliers à l’environnement visité. Un voyage de bienveillance envers l’humain, la nature et la culture locale.  C’est la raison pour laquelle nous avons été ravis de nous associer au Ministère du Tourisme Marocain pour sensibiliser un large public sur cette notion et pour dire que le tourisme durable est l’affaire de tous. C’est un état d’esprit qui peut être adopté aussi bien par les institutionnels, les investisseurs et les opérateurs touristiques que par les voyageurs/touristes.

 

Parlons de #voyagedurable. Comment avez-vous été sélectionnés pour faire la promotion de cette belle initiative ?

Anass : Nous pensons avoir été sollicités pour deux raisons principales : la première est que notre façon de voyager est en phase avec la thématique du tourisme durable et responsable, et la deuxième est que nous sommes suivis par une grande communauté de personnes potentiellement intéressées et concernées par la thématique.

Vous avez été dans plusieurs villes, toutes uniques. Etiez-vous libres de vos choix ou aviez-vous des consignes à suivre pour le circuit ?

Anass : En concertation avec le Ministère du Tourisme, nous avions préalablement défini l’itinéraire et les étapes du voyage en fonction des projets qu’il fallait visiter et qui étaient, tous, nominés aux trophées Maroc du tourisme durable.

Quelle place pour AirBNB en Afrique ?

De quels moyens disposiez-vous pour faire de ce long voyage une réussite ? Avez-vous été soutenus ? Encadrés ? Aviez-vous une équipe ? Comment vous déplaciez-vous principalement ? Nous voulons tout savoir !

Amal : Tout le projet du #voyagedurable est le fruit d’un travail d’équipe rassemblant le ministère du tourisme, la boite de communication Hopscotch Africa, l’équipe audiovisuelle Tenor Agency et nous-mêmes. Avec Khalil et Issam (de l’équipe audiovisuelle), nous avons, en un peu moins d’un mois, parcouru en voiture environ 6000 kilomètres, en 6 étapes (Chefchaouen, Aoufous, N’kob, Ouarzazate, Marrakech et Dakhla) pour visiter les 13 projets nominés.

Vous avez eu la chance de rencontrer des acteurs touristiques majeurs nominés pour la 7e édition des Trophées Maroc du Tourisme Durable, que pouvez-vous nous dire sur les bénéfices de ces projets sur les communautés locales ?

Anass : Le tourisme durable, se positionne comme un levier de développement local et repose sur l’idée que les projets touristiques doivent avoir un impact positif sur la population locale. Et effectivement sur l’ensemble des projets visités, cet aspect-là est bien présent. D’abord parce que ces projets représentent des opportunités d’embauche, mais pas que, ils sont souvent la source d’une réelle dynamique de solidarité entre acteurs économiques locaux.  Et à N’kob par exemple, le tourisme durable est vraisemblablement l’activité qui donne de l’espoir aux jeunes, freine l’exode rural et les encourage à repenser leur façon d’exploiter leur territoire.

 

Votre objectif a-t-il été atteint suite à la campagne #VoyageDurable ? Quelles sont vos perspectives d’évolution pour poursuivre dans cet élan de promotion du tourisme durable ? Peut-être de nouveaux défis ? De nouvelles destinations ?

Amal : Oui, le bilan est très positif.  Beaucoup de voyages en perspectives puisque c’est le mode de vie que nous avons choisi d’adopter, une vie sur la route. Nous sommes actuellement en phase de préparation d’un tour d’Afrique en voiturette à pédales. Et bien sûr, tant que nous voyagerons, et peu importe la destination, l’état d’esprit durable et responsable sera toujours là.

Parlons de vous. Quel est votre plus beau souvenir de cette campagne ?  

Anass : Certainement la découverte d’Aoufous et N’kob, deux magnifiques endroits dont nous n’avions jamais entendu parler.

Un petit mot de la fin ? Quels conseils donneriez-vous aux personnes qui s’intéressent au globe trotting mais ne savent pas par où commencer … ?

Anass : Ce voyage a été une belle revisite du Maroc sous l’angle du tourisme durable et une belle occasion de découvrir tout un potentiel, qui existe mais qui a besoin d’être valorisé. D’où l’importance de ce type de campagne et d’événements comme  la Journée Marocaine du Tourisme Durable et Responsable, auxquels nous avons été ravis de prendre part. Si nous avons un conseil à partager c’est celui de donner vie à sa passion.

 

Inspirante … Un mot qui résume bien l’histoire d’Anass et Amal Yakine que vous pouvez suivre via leurs différents réseaux sociaux :

Facebook: https://www.facebook.com/lesyakines/?hc_ref=NEWSFEED&fref=nf

Instagram: https://www.instagram.com/lesyakines/

Twitter: https://twitter.com/hashtag/tourdumaroc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 + 8 =