4 QUESTIONS À CORINE OUATTARA: ENTREPRENEURE, CONCEPTRICE DU PASS SANTÉ MOUSSO

Corine Ouattara se définit comme une femme battante et dynamique qui puise sa force en Dieu – elle le revendique. C’est une mère très portée sur la famille et les relations humaines et qui adore le chocolat. Mais si nous lui avons concédé les lignes de cette rubrique, c’est pour qu’elle nous en dise plus sur son engagement dans le domaine de l’e-santé. Sa solution innovante pour réduire les risques d’erreurs médicales c’est le PASS SANTÉ MOUSSO qui est depuis 2016, à la conquête de l’Afrique. 

Qui est Corine Ouattara ?

Je suis directrice générale de Maurice Communication Marketing (MCM), qui est une agence de communication par l’objet, d’évènementiel et de développement web. Je suis également l’initiatrice du Pass Santé Mousso. J’ai 38 ans et je suis mère de deux enfants. Après ma licence en Droit carrière entreprise à l’université Félix Houphouët Boigny d’Abidjan et mon diplôme d’assistante juridique option contentieux et directrice administrative obtenu chez Educatel France, je décide d’une réorientation professionnelle dans les domaines de la sécurité électronique, et de la communication. Alors, je me mets à mon propre compte en créant en 2012, Maurice Communication Marketing (MCM) après 8 années de présence en entreprise.

Comment on passe de professionnelle de la communication à entrepreneure dans le domaine de la santé ?

Déjà toute petite, j’avais une vision, celle d’avoir une entreprise de communication car j’ai été influencée par Marie-Catherine KOISSY (professionnelle de la communication et propriétaire de radio Cocody Fm). Je trouvais qu’elle n’était pas que belle,  elle était aussi intelligente. J’ai franchi le pas grâce à un concours organisé par la Banque Mondiale. J’ai participé à des appels à projets visant à proposer des solutions innovantes et créatrices d’emplois. Certes, j’ai commencé avec la communication par l’objet, mais mon objectif en créant MCM était de faire la promotion de l’innovation et son impact dans la vie des populations. J’ai été fascinée par la technologie QR code en 2013. Je me suis formée sur le sujet, afin de m’approprier ses multiples possibilités.
Cependant, la vraie raison de mon changement de cap est un évènement fort malheureux :  le décès malencontreux d’Awa Fadiga – mannequin ivoirien, qui a suscité la polémique en 2014. De là est née l’envie de développer au mieux l’existant en matière de technologie dans le domaine de la santé. Nous avons alors lancé la solution la solution Pass Sante, que nous avons affiné avec le concours Tech Mousso, porté par Nnenna Nwakanm, où nous avons remporté le 2ème prix. Les erreurs médicales, les cas de disparitions et d’accidentés, de décédés anonymes, constituent également les raisons d’exister du service, qui est devenu le  Pass Sante Mousso.

J’ai su m’entourer de compétences multiples pour conduire mon projet. Le Pass Sante Mousso c’est une équipe forte et dynamique de développeurs, de marketeurs, de consultants dans le domaine de la santé. Je n’hésite pas également à m’auto-former. D’ailleurs, je fais moi-même les paramétrages, car j’ai appris auprès de mes collaborateurs. Et je sais beaucoup de choses du domaine de la santé à force de faire des recherches. Mon statut de femme dans l’entreprenariat n’est ni un avantage, ni un inconvénient. Même si en Afrique une femme travaille deux fois plus pour prouver qu’elle a de la suite dans les idées, et qu’elle contribue au développement socio-économique du continent.

Découvrez aussi SUSU, la solution santé pour les proches de la diaspora africaine

Plus concrètement, qu’est-ce c’est le Pass Santé Mousso ?

Il s’agit d’un bracelet associé à une plateforme web et mobile qui permet à son propriétaire d’avoir sur lui et à tout moment ses données personnelles et médicales facilitant sa prise en charge et son suivi médical. Il permet aux ambulanciers, pompiers, SAMU, médecins et pharmaciens de disposer des informations pour une intervention efficace. Nous avons commencé à travailler sur le projet depuis 2013, mais c’est en 2016 qu’il a été finalisé. Et chaque jour, nous travaillons à le rendre meilleur. C’est un dossier médical personnalisé numérique, un outil de réponse aux soins d’urgence. Le Pass Santé Mousso comporte des dispositifs médicaux communicants ainsi que des données de types « Carnet de Santé ». En langue malinké, « Mousso » signifie « femme ». C’est une façon pour nous de promouvoir le genre parce que très peu d’initiatives féminines sont mises en avant dans les domaines technologiques.
Le Pass Santé Mousso vient apporter un début de solution à deux problèmes. D’une part la difficulté du suivi médical d’un patient qui change d’hôpital :  son dossier médical n’est pas disponible là où il se rend alors qu’il est nécessaire pour mieux le prendre en charge. D’autre part la difficulté à prendre en charge les personnes qui arrivent aux urgences inconscientes : le manque d’informations médicales et personnelles sur le patient entraine une mauvaise prise en charge. En Afrique et particulièrement en Côte d’Ivoire, il n’y a pas de chiffres, mais de nombreux décès sont dus à des erreurs médicales.
Le Pass est disponible au prix de 5000 FCFA et chaque année, les bénéficiaires paient un abonnement de 1000 FCFA qui représente le coût des entretiens, des notifications par sms ou mail, des rendez-vous médicaux, etc. A l’aide d’un smartphone en utilisant l’application mobile ou la plateforme web, et en introduisant l’identification personnelle au dos de chaque bracelet, l’on a accès à l’historique médical qui permet d’actualiser le dossier du patient. Le Pass Santé Mouss, c’est plus de sécurité et plus d’efficacité pour sauver des vies et  améliorer la qualité de vies des populations. Nous avons de nombreux partenaires et personnes qui nous font confiance : ONG AGIS, ACPCI, JENY SAS (Bénin), Dashmake (Togo) entre autres. Les institutions sanitaires publiques ont compris l’intérêt du Pass Sante Mousso pour leurs patients. Les données sont sécurisés, cryptées et anonymes. Même en clinique, il y a des risques de perte ou de vol  de dossier car on ne peut garantir une sécurité à 100%. Nous faisons tout pour relever le niveau de sécurité.

En plus du 2e Prix du concours Tech Mousso , vous avez été  lauréate du Prix Orange de l’entrepreneur social et avez gagné le concours des awards des start-up en e-santé (CASES 2018). Pour 2019, quel est votre principal challenge ?

A ce jour, nous avons une solution qui fonctionne. Nous avons fait une phase pilote ici en Côte d’ivoire et nous avons lancé la phase pilote au Bénin cette année. Pour 2019, ce sera le démarrage à grande échelle du Pass Santé Mousso, car pour le moment nous ne couvrons que trois pays en Afrique : Côte d’Ivoire, Bénin et Burkina Faso. Les Prix que nous avons obtenu ont donné de la notoriété au Pass Santé Mousso et nous ont permis de bâtir un réseau et de bénéficier d’accompagnements.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

36 − 31 =